Licence histoire

  • Aide
  • Recherche
  • RSS
  • Google +
  • Facebook
  • Twitter
UFR Lettres, langues, sciences humaines, sport
PDF

Licence histoire

Résumé de la formation

  • Type de diplôme: Licence
  • Domaine: Sciences humaines et sociales
  • Mention: Histoire

Présentation

Présentation

La licence histoire présente une première et une deuxième année  communes.

La spécialisation intervient en troisième année avec deux parcours : un premier, "Métiers de la recherche et métiers de l'enseignement", et un second parcours, "Préparation aux écoles de journalisme et sciences politiques".

Promotions à taille humaine

En 2017/2018 : 114 étudiants en L1, 62 étudiants en L2, 50 étudiants en L3

Qui s'inscrit ? Quel profil pour réussir ?

* Étude menée à partir des effectifs de 4 années universitaires (2012-2016)

Programme

Contenu de la formation

 

LICENCE 1 SEMESTRE 1

 

UE 1 Histoire moderne. La France au XVIe siècle (1498-1610)

Frédéric Bidouze (Maître de conférence en histoire moderne) et Marc Czeszak (chargé de cours en histoire moderne)

 Cette UE a pour vocation d’introduire l’époque moderne (fin XVe-fin XVIIIe siècles) en France sans négliger les autres espaces qu’on appelle à l’époque Chrétienté. Le XVIe siècle est par convention le siècle de naissance du monde moderne car s’affirment des transformations de longue durée sur tous les plans dont les Grandes découvertes ne sont qu’une des marques matérielles de la primauté européenne. Le Moyen-âge n’en finit pas de mourir dans les domaines politiques, économiques, culturels ou religieux, bien au-delà de 1600.

Cours magistral : Organisé en 12 cours de 2h, le cours aborde chronologiquement le royaume de France de la fin du règne de Charles VIII (1498) à la mort d’Henri IV (1610). Seront abordées les thématiques institutionnelles, politiques, militaires, religieuses et culturelles, d’un siècle dominé par la Réforme protestante et ses nombreuses conséquences.

Les Travaux dirigés : organisés en 12 séances, les travaux dirigés s’efforcent de suivre le cycle des cours. En complément de la Méthodologie du Travail Universitaire où sont abordés les différents exercices de la matière, les travaux dirigés d’histoire moderne contribuent à l’approfondissement du programme par des exercices de recherches, de synthèses, de commentaires critiques ainsi que de reprises de cours et de mises en fiches. Travaux en classe et remises d’exercices d’une semaine sur l’autre sont évalués (une 1ère note) ; un partiel de 2 h situé en semaine 11 contribue à la préparation de l’écrit terminal (2ème note). La moyenne des deux notes des TD vaut pour 60% de l’UE.

Bibliographie 

 Manuel (pour les 3 années de licence) :

 - Durand (Stéphane) et Wenzel (Éric), 100 fiches d’histoire moderne, Bréal, 2007. Il vous sera demandé en L1 de connaître très bien certains chapitres. D’une manière générale, il survole les trois siècles de l’histoire moderne, tant d’un point de vue chronologique que spatial.

Manuel suffisant pour suivre le cours et les TD :

- Cornette (Joël), L’affirmation de l’Etat absolu (1492-1652), Hachette Supérieur, 2008 [1992]. (A la fin de l’ouvrage, chronologie et glossaire).

D’autres manuels sont très utiles au gré des recherches et des révisions à faire : 

- Bély (Lucien), La France moderne (1498-1789), Puf, 2e édition, 2013. A la fin de chaque chapitre, il y a une bibliographie conséquente (pour L1 à L3).

- Hélie (Jérôme), Petit atlas d’histoire moderne, A. Colin, 2e édition, 2011. Cartes à connaître.

- Bourquin (Laurent), Dictionnaire historique de la France moderne, Belin, 2005. Notions à connaître.

Manuels sur le XVIe siècle : 

- Jouanna (Arlette), La France du XVIe siècle, 1483-1620, Paris, PUF, 2012.

- Jouanna (Arlette), Hamon (Philippe), Biloghi (Dominique) et Le Thiec (Guy), La France de la Renaissance. Histoire et dictionnaire, Perrin, Paris, 2e édition, 2009.

- Jouanna (Arlette), Boucher (Jacqueline), Biloghi (Dominique) et Le Thiec (Guy), Les guerres de religion. Histoire et dictionnaire, Perrin, Paris, 1998.

- Cornette (Joël), Le Livre et le Glaive. Chronique de la France au XVIe siècle, Armand Colin, SEDES, 1999. Le XVIe siècle année par année.

Manuels sur l’Europe : 

- Bennassar (Bartholomée) et Jacquart (Jean), Le XVIe siècle, A. Colin, Paris, 4e édition, 2002.

- Péronnet (Michel), Le XVIe siècle, 1492-1620, Paris, Hachette supérieur, 3e édition, 2013.

 

UE 2 Histoire contemporaine. Sociétés rurales en modernisation (XIXe siècle)

Christian Thibon (professeur d’histoire contemporaine) et Laurent Jolly (docteur en histoire, chargé de cours en histoire contemporaine)

Le renouvellement des méthodes, des analyses et des problématiques de l’histoire sociale (de l’histoire quantitative à la socio-histoire, à la micro-histoire, l’apport de la sociologie, de la démographie, de l’anthropologie…, les nouvelles histoires sociales du politique ou du culturel, etc…) est examiné au travers d’un thème, l’histoire rurale du grand XIXe siècle, et du cas français.

Bibliographie (une bibliographie complète sera donnée en cours)

Ouvrages généraux :

- Agulhon (Maurice), Désert (Gabriel) et Specklin (Robert), dir., Histoire de la France rurale, tome 3, Paris, Seuil, 1992.

- Alary (Éric), Histoire des paysans français, Paris, Perrin, 2016.

- Braudel (Fernand), Labrousse (Ernest), Histoire économique et sociale de la France, tomes III et IV, Paris, PUF, 1970.

- Demier (Francis) et alii, Les sociétés rurales. 1830-1930, Paris, Belin Sup, 2008.

- Rösener (Werner), Les paysans dans l’histoire de l’Europe, Paris, Seuil, 1994.

- Gavignaud-Fontaine (Geneviève), La révolution rurale dans la France contemporaine, Paris, L’Harmattan, 1996.

- Lavicher (Marcel), Dictionnaire du monde rural. Les mots du passé, Paris, Fayard, 1997.

- Vivier (Nadine) et alii, Dictionnaire de la France du XIXe siècle, Paris, Hachette, 2002.

Deux revues :

- Histoire et sociétés rurales

- Ruralia

Histoire démographique et anthropologie historique :

- Fine (Agnès) et Sangoi (Jean-Claude), La population française au XIXe siècle, « Que Sais-je ? » n° 1420, Paris, PUF, 1991.

- Le Bras (Hervé) et Todd (Emmanuel), l’invention de la France, Paris, Gallimard, 1981.

Histoire économique et ethnographie :

- Abel (Wilhelm), Les crises agraires en Europe, Flammarion, 1974.

- Weber (Eugen), La fin des terroirs, Paris, Fayard, 1993.

Histoire, sociologie, prosopographie-généalogie et représentations sociales :

- Béaur (Gérard) et Jessenne (Jean-Pierre), Campagnes de l’ouest, stratigraphies et relations sociales, Rennes, PUR, 1999.

- Rosental (Paul-André), Les sentiers invisibles. Espaces, familles et migrations dans la France du XIXe siècle, Paris, Éditions de l'École des hautes études en sciences sociales, 1999.

Histoire sociale, culturelle et politique :

- Agulhon (Maurice), La République au village, Paris, Plon, 1980.

 

UE 3 Compétences transversales
□ Méthodologie du travail universitaire (M.T.U.)

Cécile Lagane (docteure en archéologie médiévale, chercheuse associée et enseignante en histoire médiévale)

L’enseignement propose des TD méthodologiques et pratiques.

D’abord sur les techniques propres au travail universitaire, comme la prise de notes, la constitution d’une bibliographie…

Ensuite sur les différents types de travaux universitaires et leurs « règles du jeu » : l’exposé oral, la dissertation, le commentaire de document…

Il s’agit enfin de connaître le SCD (service commun de documentation) et de se formezr à l’utilisation d’internet en histoire.

Bibliographie 

- Millot (Vincent) et Wieviorka (Olivier), Méthode pour le commentaire et la dissertation historiques, Paris, A. Colin, 2011.

- Saly (Pierre) et alii, Le commentaire de documents  en histoire, Coll. « Cursus », A. Colin, 2012.

- Saly (Pierre) et alii, La dissertation en histoire, Coll. « Cursus », A. Colin, 2012.

□ Langue vivante

 

UE 4 Découverte du domaine (1 EC au choix) 
□ Introduction à la géographie

Cf. département concerné.

□ Introduction à la sociologie

Cf. département concerné.

□ Introduction à l’histoire de l’art et archéologie

Cf. département concerné.

□ Introduction à l’histoire. Une histoire des temps historiques des mondes européens

Frédéric Bidouze (Maître de conférence en histoire moderne)

Le cours Découverte d’histoire s’adresse aux non-spécialistes et a pour vocation de présenter une discipline au carrefour des sciences humaines, dans le cadre français et européen, sans négliger l’approche globale actuelle ainsi que ses relations avec la géographie, l’économie, la sociologie ou la littérature. Après avoir défini les grandes lignes de l’exercice de la discipline jusqu’à aujourd’hui, on privilégie quelques aspects qui cristallisent des phénomènes majeurs autour de grandes dates, civilisations et grands personnages. Religion, guerre, nation et sociétés sont approchées dans des perspectives larges qui permettent d’acquérir quelques procédures de l’histoire, quelques repères aussi, capables de permettre des usages dans le monde d’aujourd’hui.

Chaque TD s’appuie sur des exercices documentaires qui proposent la palette de sources la plus diverse : textes, iconographie, graphiques, etc. L’objectif méthodologique est l’approche historienne et critique des sources sans négliger les usages actuels que l’on peut en faire (mémoire).

 

UE 5 Découverte de la mention (1 EC au choix)
□ Anthropologie sociale et historique

Abel Kouvouama (professeur d’anthropologie)

Programme

- Anthropologie et sciences sociales et humaines : approches interdisciplinaires

- L’anthropologie : objet, théories et méthodes des principaux courants de pensée (évolutionnisme, diffusionnisme, culturalisme, fonctionnalisme, marxisme, structuralisme, dynamisme social).

- Analyse de quelques thèmes fondamentaux : pouvoir, mythe, utopie et idéologie, don et contre-don, parenté.

Présentation

 Sous la question inaugurale, qu’est-ce que l’anthropologie se déploie une multitude de réponses qui varient en fonction des individus et des contextes socio-historiques de leurs énonciations. Pourtant, l'anthropologie, à travers ses « errements » et ses réussites, a toujours eu pour ambition d’étudier l’homme dans un monde en mouvement, ceci afin de rendre compte du double processus révélateur de la manifestation de tout évènement marqué à la fois du sceau de l’ancien et du nouveau, ainsi que de l'inédit, de l'actualité, de la mobilité, de l'épreuve, de l'agir  et de l'incertain. Par-delà les différents courants de pensée, les méthodes utilisées et les thèmes abordés à travers les temporalités sociales et historiques, l’anthropologie poursuit toujours ce même projet scientifique qui est comme le souligne Mondher Kilani, « d'articuler les rapports du local et du global, de penser l'autre et le même sous leurs aspects les plus divers ». C’est au travail d’initiation à la démarche anthropologique ouverte aux sciences de l’homme et de la société que l’on tentera dans ce cours d’amener  à la démarche réflexive, étudiantes et étudiants

Bibliographie sommaire

- Althabe (Gérard), Fabre (Daniel), Lenclud (Gérard), sous la dir., Vers une ethnologie du présent, Paris, Edition de la MSH., 1992.

- Augé (Marc),  L’anthropologue et le monde global, Paris, Armand Colin, 2013.

- Bancel (Nicolas),  Bernault  (Florence),  Blanchard  (Pascal), Boubeker (Ahmed), Mbembe (Achille) et Vergès (Françoise), Ruptures postcoloniales. Les nouveaux visages de la société française, Paris, La Découverte, 2010.

- Balandier (Georges), Le désordre, éloge du mouvement, Paris, Fayard, 1988.

- Beau (Stéphane) et Weber (Florence), Guide de l’enquête de terrain, Paris, La Découverte, 1997.

 - Berger (Laurent), Les nouvelles ethnologies. Enjeux et perspectives, Paris, Nathan, 2004.

- Bourdieu (Pierre), La domination masculine, Paris, Seuil, 1998.

- Camelin (Sylvaine) et Houdart (Sophie), L’ethnologie, Paris, Puf, Que sais-je ? 2010.

- Copans (Jean),  Aux origines de l’anthropologie française Paris, J-M. Place, 1994.

 - Copans (Jean), Introduction à l’ethnologie et à l’anthropologie, Paris, Nathan Université, 1996.

- Copans (Jean), L’enquête ethnologique de terrain, Paris, Nathan Université, 1998.

- Copans (Jean), L’ethnologie, Paris, Ed. Le Cavalier Bleu, 2010.

 - Coquery-Vidrovitch (Catherine), Enjeux politiques de l’histoire coloniale, Paris, Agone, 2009.

- Deliège (Robert), Une histoire de l’anthropologie. Ecoles, auteurs, théories, Paris, Seuil, 2013.

- Duchet (Michèle), Anthropologie et histoire au siècle des lumières, Paris, Flammarion, 1977.

- Encyclopédie, Mythes et croyance du monde entier, 5 tomes, Paris, Éd. Lidis-brepols, 1985.

- Godelier (Maurice), Au fondement des sociétés humaines. Ce que nous apprend l’anthropologie, Paris, Albin Michel, 2007.

- Lévi-Strauss (Claude), Anthropologie structurale, Paris, Plon, 1958.

- Lévi-Strauss (Claude), Les structures élémentaires de la parenté, Paris, Presses universitaires de France, 1949

- Kilani (Mondher), L’invention de l’autre. Essai sur le discours anthropologique, Lausanne, Payot, 1994.

- Kilani (Mondher), Pour un universalisme critique. Essai d’’anthropologie du contemporain, Paris, La Découverte, 2014.

- Kouvouama (Abel) et al., Figures croisées d’intellectuels. Trajectoires, modes d’action, productions, Paris, Karthala, 2007.

- Kouvouama (Abel) et al., Sociétés en mutation dans l’Afrique contemporaine. Dynamiques locales, dynamiques globales, Paris, Karthala, 2014.

- Kouvouama (Abel) et al., L’anthropologie dans un monde en mouvement. Le lointain et le proche, Paris, Éd. Paari, 2015.

- Mauss (Marcel), Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, 1950.

- Revel (Jacques), sous la dir., Jeux d’échelles – La micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard, 1996.

- Ricoeur (Paul), La mémoire, l’histoire et l’oubli, Paris, Seuil, 2000.

- Rivière (Claude), Introduction à l’anthropologie, Paris, Hachette, 1999.

- Tchicaya-Oboa (Régine), Kouvouama (Abel) et MissiÉ (Jean-Pierre), Sociétés en mutation dans l’Afrique contemporaine. Dynamiques locales, dynamiques globales, Paris, Karthala, 2004.

- Weber (Florence), Brève histoire de l’anthropologie, Paris, Flammarion, 2015.

- Ziavoula (Robert), Kouvouama (Abel) et Yengo (Patrice), éd., Les territoires du sacré, Images, discours, pratiques, Paris, Karthala, 2016. 

□ Mondes ibériques modernes. La monarchie catholique (1516-1808)

Olivier Caporossi (maître de conférences en histoire moderne)

Conçu comme une ouverture au monde hispanique, ce cours est organisé autour de l’histoire politique et institutionnelle espagnole, permettant aux étudiants d’acquérir les outils et les notions essentielles à la compréhension de la culture et de l’histoire hispanique. De Charles Quint à l’occupation française, la monarchie espagnole a développé un modèle politique original.

Les Habsbourg (1516-1700), symboles de la royauté confessionnelle et les Bourbon (1701-1808), contemporains des Lumières, ont fait de l’Espagne une puissance européenne et impériale majeure. Après les traités de Westphalie (1648) et des Pyrénées (1659), la monarchie hispanique est encore capable de se réformer, d’étendre ses colonies américaines et d’intervenir dans la politique européenne. 

Bibliographie 

- Bennassar (Bartolomé) et Vincent (Bernard), Le temps de l’Espagne XVIe-XVIIe siècles, Paris, Pluriel, 2010.

- Chaunu (Pierre), L’Espagne de Charles Quint, Paris, SEDES, 1973.

- Carrasco (Raphael), Dérozier (Claudette) et Molinié Bertrand (Annie), Histoire et civilisation de l’Espagne classique, 1492-1808, Paris, Nathan, 1991.

- Dedieu (Jean Pierre), L’Espagne de 1492 à 1808, Paris, Belin, 1994.

- Dufour (Gérard) et Chastagnaret (Gérard), dir., Le règne de Charles III : le despotisme éclairé en Espagne, Paris, CNRS, 1994.

- Hugon (Alain), L’Espagne du 16e au 18e siècle, Paris, A. Colin, 2000.

- Pérez (Joseph), L’Espagne de Philippe II (1556-1598), Paris, Fayard, 1999

□ Histoire culturelle contemporaine. Émergence et développement de la culture de masse en France (XIXe-XXe siècles)

Mixel Esteban (journaliste, chargé de cours en histoire contemporaine)

Cet enseignement, introduction à l’histoire culturelle contemporaine, propose l’étude des premières formes de la culture de masse, dès le milieu du XIXe siècle, donc des productions culturelles et des conditions de leur production. les transformations de la presse, de l’édition et du monde du spectacle, ainsi que la place de l’image dans la société française seront explicitées en fonction du contexte historique. La réception et les réactions que suscite la culture de masse  seront également abordées pour mettre en lumière les adhésions et les critiques qu’elle entraîne.

Ce cours a pour objectif notamment de permettre aux étudiants de maîtriser, dans le cadre d’une histoire culturelle contemporaine considérablement renouvelée depuis une trentaine d’années, les concepts liés au développement d’ l’industrie culturelle.

Le plan du cours sera distribué lors de la première séance.

Bibliographie 

(pour démarrer ; une bibliographie complète sera donnée en cours)

À lire dès la rentrée :

- Rioux (Jean-Pierre) et Sirinelli (Jean-François), La culture de masse en France : de la Belle Époque à aujourd’hui, Paris, Hachette, 2006.

Histoire culturelle :

- Delporte (Christian) et alii., Dictionnaire d’histoire culturelle de la France contemporaine, Paris, PUF, 2010.

- Goetschel (Pascale), Histoire culturelle de la France au XXe siècle, Paris, La Documentation française, 2010.

- Ory (Pascal), L’histoire culturelle, Paris, PUF, 2011.

- Poirier (Philippe) et Chartier (Roger), L’histoire culturelle : un « tournant mondial » dans l’historiographie ?, Dijon, Presses universitaires, 2008.

- Yon (Jean-Claude), Histoire culturelle de la France au XIXe siècle, Paris, A. Colin, 2010.

Culture de masse, culture populaire :

- Kalifa (Dominique), La culture de masse en France, Paris, La Découverte, 2001.

- Lasch (Christopher) et MichÉa (Jean-Claude), Culture de masse ou culture populaire ?, Castelnau-le-Nez, Climats, 2011.

- Molinier (Jean-Yves), Sirinelli (Jean-François) et Valloton (François), dir., Culture de masse et culture médiatique en Europe et dans les Amériques, 1860-1940, Paris, PUF, 2006.

- Ory (Pascal), L’aventure culturelle française. 1945-1989, Paris, Flammarion, 1989.

Histoire des médias :

- Albert (Pierre), Histoire de la presse, Paris, PUF, 2010.

- Balle (Francis), Médias et sociétés : édition, presse, cinéma, télévision, internet, Paris, Montchrestien-Lextenso, 2009.

- Barbier (Frédéric) et Bertho-Lavenir (Catherine), Histoire des médias : de Diderot à internet, Paris, A. Colin, 2009.

- Corroy (Laurence) et Roche (Émilie), La presse en France depuis 1945, Paris, Ellipses, 2010.

□ Histoire de l’art contemporain

La peinture en France au XIXe siècle. Cf. département concerné.

 

UE Option

_________________________________________________________________

 

LICENCE 1 SEMESTRE 2
UE 1 Histoire ancienne
□ Les Grecs à l’époque archaïque  

Fabienne Coudin (docteure, enseignante en histoire antique grecque)

De la fondation des jeux olympiques (vers 776 av. J.-C.) aux réformes de Clisthène (507 av. J.-C.) : c’est à ce moment que se forment la culture et la civilisation grecque. Les cités se constituent, les premiers poètes (Homère, Hésiode…) et les premiers penseurs (Thalès, Pythagore…) composent leurs œuvres. Les formes politiques principales, monarchie, oligarchie, tyrannie et démocratie y sont peu à peu définies. C´est aussi pendant ces siècles que les Grecs s’implantent sur le pourtour du bassin méditerranéen.

Bibliographie

Outils pour l’ensemble des périodes à connaître et manipuler aussi souvent que possible :

- Baslez (Marie-Françoise), Les sources littéraires de l’histoire grecque, Paris, Armand Colin, 2003.

- Cabanes (Pierre), Petit atlas historique de l’antiquité grecque, Paris, Armand Colin, 2016.

- Ismard (Paulin), Chronologie de la Grèce ancienne, Paris, Seuil, coll. « Points », 2003.

Livre indispensable à utiliser pour la préparation de chaque TD :

- Sebillote Cuchet (Violaine), 100 fiches d’histoire grecque, Paris, Bréal, 2013.

Pré-requis pour aborder et soutenir le cours :

- Corvisier (Jean-Nicolas), Les Grecs à la période archaïque, Paris, Ellipses, 1996.

ou …

- Snodgrass (Anthony), La Grèce archaïque. Le temps des apprentissages, Paris, Hachette « Bibliothèque archéologique », 1986.

Lectures complémentaires :

- Polignac (François de), La naissance de la cité grecque, cultes, espaces et société, VIIIe-VIIe s. av. J.-C., Paris, La Découverte, 1984.

□ Histoire romaine : la République romaine, histoire politique et institutionnelle.

Henri Etcheto (docteur en histoire romaine, chargé de cours), Bénédicte Estrade (docteure en histoire romaine, chargée de cours) et Giuseppe Indino chercheur associé en histoire romaine, chargé de cours)

Cette phase de l’histoire romaine couvre une large période, débutant en 509 av. J.-C., à la chute de la Monarchie, et prenant fin entre 44 av. J.-C., avec l'assassinat de Jules César, et 27 av. J.-C., au moment où Octave reçoit le titre d'Auguste. L'année 31 av. J.-C., celle de la bataille d'Actium, qui oppose Octave à Marc Antoine, est aussi une date clé avec le dernier affrontement entre deux magistrats de la République romaine, et le début d'une ère où les terres romaines sont dominées par un seul : celui que l'on appelle le princeps.

Bibliographie

Dictionnaire :

- Howatson (M.-C.), dir., Dictionnaire de l’Antiquité. Mythologie, littérature, civilisation, Paris, Robert Laffont, 1993.

Manuels d’initiation :

- Christol (Michel) et Nony (Daniel), Rome et son empire, Hachette, 2014.

- Le Glay (Marcel), Voisin (Jean-Louis) et Le Bohec (Yann), Histoire romaine, Paris, PUF, 2011.

- Martin (Jean-Pierre), Chauvot (Alain) et Cébeillac-Gervasonbi (Mireille), Histoire romaine, Paris, A. Colin, 2014.

Pour une première approche :

- Hinard (François), La République romaine, « Que sais-je ? » n°686, Paris, Puf, 1992.

Pour approndir :

- Coarelli (Filippo), Guide archéologique de Rome, Paris, Hachette, 1994.

- Gros (Pierre), L’architecture romaine. T.1 : les monuments publics, Paris, Picard, 1996.

- Hinard (François), Histoire romaine. T.1 : des origines à Auguste, Paris, Fayard, 2000.

- Nicolet (Claude), Le métier de citoyen dans la Rome républicaine, Paris, Gallimard, 1976.

- Nicolet (Claude),  Rome et la conquête du monde méditerranéen, 2 tomes, « Nouvelle Clio », Paris, PUF, 1977-1978.

- Syme (Ronald), La révolution romaine, Paris, 1964.

 

UE 2 Histoire médiévale. Le premier Moyen Âge en Occident (Ve-Xe siècles) 

Véronique Lamazou-Duplan (maîtresse de conférences en histoire médiévale) et Cécile Lagane (docteure en archéologie médiévale, chercheuse associée et enseignante en histoire médiévale)

Le cours magistral est une introduction à l’histoire du premier Moyen Âge occidental, entre le Ve et le XIe siècle. L’accent est mis sur la chronologie, l’histoire des institutions, les notions fondamentales de vocabulaire, mais le cours évoque aussi les axes de recherche des médiévistes et ouvre vers des problématiques historiques récentes.

Les travaux dirigés permettent de s’exercer à la méthodologie du commentaire de document et de la leçon. Ils apportent un approfondissement ou un complément du cours par l’étude de dossiers ou d’exemples précis.

Bibliographie

(une bibliographie détaillée sera donnée par les enseignants, dans le fascicule de TD et lors des séances de CM ou de TD) 

Pour une approche générale du Moyen Âge :

- Delort (Robert),  La vie au Moyen Âge, Paris, coll. Point Histoire chez Seuil, 1982 et rééd.

- Fossier (Robert), Le Moyen Âge, 3 vol., Paris, Colin, 1982

- Le Goff (Jacques), La civilisation de l’Occident médiéval, Les grandes civilisations, Paris, Arthaud, rééd. en poche en 1984.

- Vincent (Catherine), Introduction à l’histoire de l’Occident médiéval, Paris, Livre de Poche, 1995.

Pour une première approche du premier Moyen Âge 

- Coumert (Magali) et Dumezil (Bruno), Les royaumes barbares, collection « Que sais-je ? », Paris, PUF, 2014.

- Le Jan (Régine), Les Mérovingiens, collection « Que sais-je ? », Paris, PUF, 2006.

Dans une collection récente, belles synthèses richement illustrées :

- Bührer-Thierry (Geneviève) et Mériaux (Charles), La France avant la France (481-888), Histoire de France sous la direction de J. Cornette, tome1, Paris, Belin, 2010.

- Mazel (Florian), Féodalités (888-1180), Histoire de France, tome 2 sous la direction de J. Cornette, Paris, Belin, 2010.

Manuels :

- Balard (Michel), Genet (Jean-Philippe) et Rouche (Michel), Le Moyen Âge en Occident, Paris, Hachette Supérieur, nouvelle édition 2008.

- Kaplan (Michel), Le Moyen Âge, tome 1, Ve-Xe siècle, Paris, Bréal, 2000.

 

UE 3 Compétences transversales
□ Historiographie. Initiation à l’Histoire de l’Histoire

Cécile Lagane (docteure en archéologie médiévale, chercheuse associée et enseignante en histoire médiévale)

Le cours magistral proposera une réflexion sur la discipline historique, ses enjeux, ses méthodes et son évolution au cours des âges.

Les travaux dirigés permettront aux étudiants de se confronter à des textes de grands historiens représentatifs de l’évolution de la discipline au fil du temps, et aux thèmes majeurs soulevés.

Les objectifs de l’enseignement sont pluriels :

- L’appropriation par les étudiants d’une démarche de compréhension critique du  discours historique, de la connaissance générale de ses techniques et de ses méthodes, de ses enjeux, etc.

- l’acquisition ou le renforcement d’une culture générale dans le champ de la discipline historique et de son inscription dans les sciences humaines.

- la formation aux techniques de recherche élémentaire, de réflexion, de synthèse et d’exposition des questions historiques et historiographiques.

Bibliographie

(D’autres ouvrages seront signalés en cours)

- Offenstadt (Nicolas), L’historiographie, « Que sais-je ? », Paris, PUF, 2011.

- Bourdé (Guy) et Martin (Hervé), Les Écoles historiques, Paris, Seuil, 1997.

□ Langue vivante
□ Projet personnel de l’étudiant (P.P.E.)

Patricia Heiniger-Casteret (maîtresse de conférences en anthropologie)

 

UE 4 Découverte du domaine (2 EC au choix)
□ Enseignements pour non spécialistes (géographie, sociologie, histoire de l’art et archéologie, lettres, anglais, espagnol, LEA)

Cf. départements concernés.

 

UE 5 Découverte de la mention (2 EC au choix)
□ Anthropologie du fait religieux

Abel Kouvouama (professeur d’anthropologie)

Qu’est-ce que le fait religieux ?

-Le champ religieux, théorie et pratiques

- La question de la laïcité : regards anthropologique et philosophique

-Religions et pratiques croyantes en France: quelques leçons d’une recherche collective

Présentation

Que l’on situe au niveau local ou au niveau mondial dans l’analyse anthropologique du fait religieux, le constat fait permet de dire que les pratiques religieuses dans les sociétés contemporaines  sont le révélateur d'un processus ininterrompu de remodelage et de foisonnement du religieux, ainsi que de recompositions des modalités du croire qui articulent, la croyance, le geste, la voix et les postures corporelles significatives de sens. En France, le débat public sur la question du signe religieux à l’école est aussi bien le révélateur d’une mutation rapide des mentalités que le signe manifeste d’autres  demandes sociales profondes aux dimensions politiques, économiques et culturelles complexes qui interpellent en particulier les décideurs politiques et économiques,  les responsables religieux, les acteurs de la société civile et les chercheurs. On s’emploiera dans le cours à analyser avec des exemples à l’appui que le fait religieux est à la fois comme un fait social qui doit être traité comme une chose, et comme un "phénomène  social total" au sens où l’entend Marcel Mauss.

Bibliographie sommaire

Pentecôtisme et mouvements charismatiques :

- Bastian (Jean-Pierre), Le protestantisme en Amérique latine, Une approche socio-historique, Paris, Labor et Fides, 1994.

- Champion (Françoise) et Hervieu-Leger (Danièle), De l'émotion en religion. Renouveaux et traditions, Paris, Le Centurion, 1990.

-  Corten (André),  Le pentecôtisme au Brésil - Emotion du pauvre et romantisme théologique, Paris, Karthala, 1995.

- Weber (Max), L'éthique protestante et l'esprit du capitalisme, Paris, Plon, éd. 1990.

Problématiques générales :

- Augé (Marc), La Construction du monde, religion, représentation, idéologie, Paris, Maspero, 1974.

- Baubérot (Jean), éd.,  Pluralisme et minorités religieuses, Louvain / Paris, Peeters / Bibliothèque de l'Ecole des Hautes Etudes, 1991.

- Bourdieu (Pierre), « Genèse et structure du champ religieux », Revue française de sociologie, XII, p. 295-334, 1971.

- Durkheim (Émile),  Les formes élémentaires de la vie religieuse, Paris, Librairie générale française, 1991 (1ère édition en 1912).

- Gauchet (Marcel), Le désenchantement du monde, une histoire politique de la religion, Paris, Gallimard, 1985.

- Hervieu-Léger (Danièle), Le pèlerin et le converti. La religion en mouvement, Paris, Flammarion, 1999.

- Legendre (Pierre), Le désir politique de Dieu. Etude sur les montages de l’Etat et du Droit, Leçons VII, Paris, Fayard, 1988.

- Vincent (Jeanne-Françoise), Dory (Daniel) et Verdier (Raymond), éd., La Construction religieuse du territoire, Paris, L'Harmattan, 1995.

Afrique subsharienne : formes contemporaines du christianisme 

- Chrétien (Jean-Pierre), dir., L'invention religieuse en Afrique, Paris, Karthala-ACCT, 1993.

- Eboussy-Boulaga (Fabien), À contretemps. L'enjeu de Dieu en Afrique, Paris, Karthala, 1991 (1ère édition en 1987).

- Thomas (Louis-Vincent) et Luneau (René), La terre africaine et ses religions ; traditions et changements, Paris, Larousse, 1975. Nouvelles éditions à l'Harmattan en 1980 et 1992.

Afrique centrale

- Balandier (Georges), « Brèves remarques sur les messianismes de l'Afrique congolaise », Archives de sociologie des religions, 3, n° 5, pp. 91-95, 1958.

- Kouvouama (Abel), « Quelques nouveaux mouvements religieux en Afrique subsaharienne », Revue Diogène, n°187, juillet-septembre, 1999.

- Kouvouama (Abel), « imaginaire religieux et logiques symboliques dans le champ politique », Revue Rupture-Solidarité,  n°1, nouvelle série, 1999.

- Kouvouama (Abel), L’anthropologie dans un monde en mouvement. Le lointain et le proche, Paris, Paari, 2015.

- Kouvouama (Abel), Une histoire du messianisme. Un monde « renversé », Paris, Karthala,  2017.

- Sinda (Martial), Le messianisme congolais et ses incidences politiques, Paris, Payot, 1972.

- Tonda (Joseph), Les Eglises comme recours thérapeutique, in D.Fassin et Y. Jaffrée (ed.) Sociétés développement et santé, Paris, Ellipses/AUPELF, 1990.

- Tonda (Joseph),  « Christianisme et guérison dans le champ des pouvoirs. le traitement religieux du corps souffrant à Brazzaville et dans la Cuvette congolaise », in Gruénais, Kouvouama et  Tonda, Prophètes, prophéties et mouvements religieux dans le Congo contemporain, rapport d'étude, ORSTOM, Paris, 1992.

- Ziavoula (Robert), Kouvouama (Abel) et Yengo (Patrice), Les territoires du sacré. Images, discours, pratiques, Paris, Karthala, 2016.

□ Mondes ibériques contemporains

Hélène Finet (maîtresse de conférences en espagnol)

□ Histoire culturelle ancienne. Être citoyen dans le monde romain à l’époque républicaine

Bénédicte Estrade (docteure en histoire romaine, chargée de cours) et Giuseppe Indino (chercheur associé en histoire romaine, chargé de cours)

Le thème de l’enseignement d’Histoire culturelle ancienne permettra une initiation à la civilisation romaine au temps de la République. Les conquêtes successives induisent des mutations profondes de la société, une nouvelle conception du monde et du temps pour le citoyen romain, qui en même temps exalte ses racines et ses traditions. Au fil de promenades romaines, nous aborderons les principaux traits de cette civilisation.

Ainsi nous découvrirons les traditions des Romains et leur rapport au passé (mos maiorum), leurs valeurs qui constituent la romanitas, leur conception du monde au fil des conquêtes. Seront abordés les thèmes de la famille, de la vie rurale et urbaine, de la pietas et des pratiques religieuses (domestique et publique), de l’urbanisme privé et public, de la littérature et de la philosophie, des loisirs.

Indications bibliographiques

- Giardina (Andréa),  dir., L’homme romain, collection Points Histoire, Paris, Seuil, 1992.

- Martin (Jean-Pierre), Chauvot (Alain) et Cebeillac-Gervasoni (Mireille), Histoire romaine, collection U, Paris, Armand Colin, 2016 (4e éd.).

- Nicolet (Claude), Rome et la conquête du monde méditerranéen, t.I : Les structures de l’Italie romaine, collection Nouvelle Clio, Paris, PUF, 2001.

□ Archéologie antique et médiévale

François Réchin (professeur en histoire et archéologie romaine) et Alain Champagne (maître de conférences en histoire et archéologie médiévales)

Cf. département concerné.

 

UE libre

 

_________________________________________________________________

 

LICENCE 2 SEMESTRE 3

 

UE 1 Histoire ancienne
□ Le monde grec à l’époque classique

Fabienne Coudin (docteure, enseignante en histoire antique grecque)

 Des Guerres Médiques (début du Ve siècle av. J.-C.) à la mort            d´Alexandre (323 av. J.-C.) : démocratie athénienne, guerre du Péloponnèse, conquête de la Grèce par le roi macédonien Philippe et son fils Alexandre, conquête de tout l´Orient par celui-ci. L’unicité de la période tient avant tout par la place prépondérante qu’occupe Athènes tant sur le plan politique que sur celui des sources. Les auteurs grecs les plus célèbres, tragiques (Eschyle, Sophocle, Euripide), philosophes (Platon, Aristote), historiens (Hérodote, Thucydide), orateurs (Eschine, Démosthène) sont de cette époque. 

Bibliographie indicative

Outils pour l’ensemble des périodes à connaître et manipuler aussi souvent que possible :

- Baslez (Marie-Françoise), Les sources littéraires de l’histoire grecque, Paris, Armand Colin, 2003.

- Cabanes (Pierre), Petit atlas historique de l’antiquité grecque, Paris, Armand Colin, 2016.

- Ismard (Paulin), Chronologie de la Grèce ancienne, Paris, Seuil, coll. « Points », 2003.

Livre indispensable à utiliser pour la préparation de chaque TD :

- Sebillote Cuchet (Violaine), 100 fiches d’histoire grecque, Paris, Bréal, 2013.

Pré-requis pour aborder et soutenir le cours :

-  Brun (Patrice), Le monde grec à l’époque classique, Paris, Armand Colin (coll. U), 2016.

ou :

- Levy (Edmond), La Grèce au Ve Siècleet :  Carlier (Pierre), La Grèce au IVe siècle, Paris, Paris, Seuil, coll. « Points », 2015.

Lectures complémentaires :

- Etienne (Robert), Athènes, espace urbain et histoire. Des origines à la fin du IIIe s. ap. J.-C., Paris, Hachette, 2004.

- Sartre (Maurice), Histoires grecques, Paris, Le Seuil, coll. « L’univers historique », 2006.

□ Rome : le Haut-Empire romain (27 a. J.-C. / 235 p. J.-C.)

Françoise Des Boscs (maîtresse de conférences en histoire romaine)

Le Haut-Empire romain (27a. J.-C. - 235 p. J.-C.) correspond à l’avènement d’une nouvelle façon de gouverner, le Principat, mis en place par Octave Auguste. Les bases idéologiques, socio-économiques et militaires de la République sont totalement rénovées par le premier princeps, prince (« empereur ») et sont en grande partie conservées par ses successeurs –dynasties julio-claudienne, flavienne, antonine et sévérienne -.

Le programme revient essentiellement sur les aspects politiques et l’expression idéologique du nouveau régime, sur l’extension territoriale de l’Empire et sur le phénomène de romanisation qui amène à l’intégration des populations provinciales.

Les travaux dirigés permettent d’aborder d’autres thèmes liés à la période (rites et manifestations collectives de la piété, culte impérial, hiérarchies sociales, de la civitas à la province, l’économie méditerranéenne, etc…).

Bibliographie indicative

- Christol (Michel) et Nony (Daniel), Rome et son empire, Hachette, 2014.

- Cizek (Eugen), Mentalités et institutions politiques romaines, Paris, 1990.

- Inglebert (Hervé), dir., Histoire de la civilisation romaine, Paris, 2005.

- Jacques (François) et Scheid (John), Rome et l’intégration de l’Empire (44 av. J.-C. / 260 ap. J.-C.). Les structures de l’Empire romain, Paris, 1999.

- Le Gall (Joël) et Le Glay (Marcel), L’Empire romain. Le  Haut-Empire, de la bataille d’Actium à la mort de Sévère Alexandre (31 av. J.-C. / 235 apr. J.-C.), Coll. « Peuples et civilisations », Paris, PUF, 1987.

- Lepelley (Claude), éd., Le Haut-Empire romain en Occident, d’Auguste aux sévères (31 av. J.-C. / 235 apr. J.-C.), Coll. « Nouvelles histoire de l’Antiquité », Paris, Seuil, 2003.

 

UE 2 Histoire médiévale. Le second Moyen Âge en Occident (XIe-XVe siècles) 

Dominique Bidot-Germa (maître de conférences en histoire médiévale) et Vincent Elichondoborde (chargé de cours en histoire médiévale)

Cette UE aborde l’étude de la période courant de l’an Mil à la fin du XVe siècle.

Bibliographie 

(une bibliographie détaillée sera donnée par les enseignants, dans le fascicule de TD et lors des séances de CM ou de TD) 

Pour une approche générale du Moyen Âge :

- Delort (Robert),  La vie au Moyen Âge, Paris, coll. Point Histoire chez Seuil, 1982 et rééd.

- Fossier (Robert), Le Moyen Âge, 3 vol., Paris, Colin, 1982

- Le Goff (Jacques), La civilisation de l’Occident médiéval, Les grandes civilisations, Paris, Arthaud, rééd. en poche en 1984.

- Vincent (Catherine), Introduction à l’histoire de l’Occident médiéval, Paris, Livre de Poche, 1995.

Pour une première approche du second Moyen Âge :

- Gauvard (Claude), La France au Moyen Âge, du Ve au XVe siècle, Paris, 1996

- Kerhervé (Jean), Histoire de la France : la naissance de l’État moderne (1180-1492), Paris, 1998.

Dans une collection récente, belles synthèses richement illustrées :

- Mazel (Florian), Féodalités (888-1180), Histoire de France, tome 2, coll. sous la direction de J.-L. Biget, Paris, Belin, 2014.

- Cassard (Jean-Christophe), 1180-1328. L’âge d’or capétien, tome 3, coll. sous la direction de J.-L. Biget, Paris, Belin, 2014.

- Bove (Boris), Le temps de la Guerre de Cent ans. 1328-1453, tome 4, coll. sous la direction de J.-L. Biget, Paris, Belin, 2014.

Une collection plus ancienne toujours utile : « Nouvelle histoire de la France médiévale »

- Barthélemy  (Dominique), L’ordre seigneurial, XIe-XIIe siècle, Paris, 1990.

- Bourrin-Derruau (Monique), Temps d’équilibres, temps de ruptures, le XIIIe siècle, Paris, 1990.

- Demurger (Alain), Temps de crises, temps d’espoirs, XIVe-XVe siècles, Paris, 1990.

 

UE 3 Compétences transversales
□ M.T.U.

Cécile Lagane (docteure en archéologie médiévale, chercheuse associée et enseignante en histoire médiévale)

L’enseignement propose une formation à l’aspect méthodologique et pragmatique du travail universitaire. La capitalisation et l’optimisation des savoirs passent par l’apprentissage et l’appropriation de méthodes et techniques de travail spécifiques.  

Les points abordés seront : la recherche et la sélection d’informations, les outils de recherche bibliographiques et documentaire, l’expression des liens logiques et l’argumentation, la constitution et la présentation des références bibliographiques, l’utilisation Internet, la prise de notes, la réalisation de fiches pour compléter les cours, la rédaction d’une problématique, la conception d’un exposé oral, la conception d’un document de présentation de ses travaux (PowerPoint), la rédaction d’une fiche de lecture, la rédaction d’une dissertation, la rédaction d’un commentaire de texte, les règles de présentation d’un document, etc

Bibliographie 

 - Millot (Vincent) et Wieviorka (Olivier), Méthode pour le commentaire et la dissertation historiques, Paris, A. Colin, 2011.

- Saly (Pierre) et alii, La dissertation en histoire, Coll. « Cursus », A. Colin, 2012.

- Saly (Pierre) et alii, Le commentaire de documents  en histoire, Coll. « Cursus », A. Colin, 2012.

□ Langue vivante
□ Grandes œuvres historiques. Les grandes figures de l’historiographie des sociétés de la période moderne

Olivier Caporossi (maître de conférences en histoire moderne)

Il s’agit d’une introduction à l’histoire de l’époque moderne (XVIe-XVIIIe siècle) à travers quelques-unes des grandes œuvres d’historiens, de sociologues et de philosophes qui ont construit les principaux concepts et cadres à partir desquels il nous est possible de comprendre la société d’Ancien-Régime en Europe. Les grandes figures comme celle de Fernand Braudel, Pierre Chaunu, Lucien Febvre, Philippe Ariès, Carlo Ginzburg, Max Weber, Norbert Elias, Michel Foucault ou François Furet seront abordées pour mieux comprendre l’évolution des différents courants de la science historique et l’apport de chacun à la connaissance de l’histoire de l’Ancien-Régime.

Bibliographie 

- Audouin Rouzeau (Stéphane). et alii, Les historiens, Paris, A. Colin, 2003.

- Cadiou (François), Coulomb (Clarisse), Lemonde (Anne) et Santamaria (Yves), Comment se fait l’histoire. Pratiques et enjeux, Paris, La Découverte, 2005.

- Chartier (Roger), Au bord de la falaise. L’histoire entre certitudes et inquiétude, Paris, Albin Michel, 1998.

- Cornette (Joël), dir., Le grand atelier de l’Histoire de France 1453-1815. Les temps Modernes. Sources. Historiographie. Controverses. Enjeux, Paris, Belin, 2012.

- Delacroix (Christian), Dosse (François), Garcia (Patrick), Offenstadt (Nicolas), dir., Historiographies, Paris, Folio-Histoire, 2010, 2 vol.

- Farge (Arlette), Des lieux pour l’histoire, Paris, Seuil, 1997.

- Ginzburg (Carlo), À distance. Neuf essais sur le point de vue en histoire, Paris, Gallimard, 1998.

 

UE 4 Approche d’une spécialisation (3 EC au choix)
□ Histoire culturelle médiévale. Société, cultures, expressions et représentations à l’époque médiévale

Cécile Lagane (docteure en archéologie médiévale, chercheuse associée et enseignante en histoire médiévale)

Alors que les cours d’UE fondamentales s’attachent à présenter les éléments sociaux, politiques et religieux qui définissent le monde médiéval, ce cours d’approfondissement et d’approche d’une spécialisation en histoire médiévale aborde les sujets de culture et de vie quotidienne et complètent ainsi le tableau du paysage médiéval européen. Trois grands axes sont abordés. D’une part, l’éducation et la culture sont étudiées par un biais chronologique, de l’Antiquité tardive à la fin du Moyen Âge. Cet axe développe l’abandon progressif de l’enseignement à l’antique dans les premiers siècles de la période, avant un regain d’intérêt lors de la Renaissance carolingienne, puis l’épanouissement de l’enseignement à partir des XIIe et XIIIe siècle, avec la naissance des universités. Une séance est plus particulièrement dédiée au rapport à l’espace et à la conception du monde médiéval. Ensuite, sont abordés les expressions artistiques développées dans l’Europe médiévale, par le biais de la littérature (de Beowulf au Decameron, en passant par l’œuvre de Chrétien de Troyes et le Roman de Renart) et de l’art (enluminures, sculptures, peintures, architectures, vitraux, émaux, broderie etc.). Enfin, les aspects quotidiens et usuels de la vie médiévale sont traités par le biais de la culture matérielle. Les manières d’habiter, de s’habiller ou encore de se nourrir sont ainsi développées.

□ Anthropologie : modernité, développement

Idrissa Mané (chercheur associé en anthropologie, chargé de cours)

Longtemps tournée vers l’étude de l’homme des sociétés exotiques, l’anthropologie a investi d’une façon remarquable les terrains qu’elle a traditionnellement laissés à d’autres disciplines comme la sociologie. Ces « nouveaux » terrains d’étude s’articulent autour du concept de « modernité » notamment au travers du fait religieux, du politique, des questions de développement, etc.

Pour rappel, la réflexion anthropologique a toujours porté, depuis ses premiers pas, sur la religion et les systèmes de croyances, sur l’organisation sociale et la vie politique mais aussi sur l’idée de progrès. Mais, ces sujets étaient surtout abordés dans le sens de l’évolutionnisme. Les reproches qui ont été formulés, à raison, à l’égard de l’anthropologie l’ont radicalement transformée, notamment sur son penchant pour l’exotisme et les préjugés qui l’accompagnaient depuis le choix des terrains d’étude (les sociétés indiennes, africaines, asiatiques, eskimos, basques, bretonnes, etc.) jusqu’à l’élaboration des modèles d’analyse théoriques.

En effet, désireux de retracer l’histoire naturelle de l’homme (voir l’homme à l’état « sauvage », le « primitif ») afin d’entrer en contact avec l’aube de l’humanité ou, transportés par la quête du pittoresque, ethnologues, anthropologues ou simples curieux devenus ethnologues, essentiellement européens et américains (souvent à domicile pour les Américains), ont investi les sociétés autres que celles de leurs origines.

De cette altérité qui découle de l’observation de sociétés autres que celles auxquelles appartiennent les observateurs, naitront des approches et théories scientifiques controversées comme l’évolutionnisme, le diffusionnisme, le culturalisme, le fonctionnalisme et le structuralisme, etc.

Dans ce contexte, le défi immense des sciences de l’homme se trouvait dans son aptitude à inventer de nouveaux objets d’étude, de nouveaux terrains et à définir de nouvelles méthodes scientifiques adaptées à l’étude des sociétés dites modernes (le sauvage étant entré dans la modernité). C’est à cette tâche cruciale que se sont évertués les anthropologues depuis les années 1960-70. Ils doivent, pour se faire, rattraper le retard accusé par l’anthropologie surtout vis-à-vis de la sociologie et de l’histoire qui « manipulent » depuis très longtemps le concept de « modernité » par l’étude des sociétés dites « modernes ».

Ainsi, la question qui se pose et qui fait l’objet de ce cours est de savoir comment l’anthropologie s’est-elle s’appropriée et par quelles entrées traite-t-elle du thème transversal et complexe de la modernité ? Transversal parce qu’il est tiraillé entre plusieurs disciplines et, en cela, polysémique ; complexe parce que dans les sociétés dites modernes, c’est l’individu (l’acteur social) qu’il faudra appréhender pour comprendre la société totale alors que l’anthropologie, avait jusque-là privilégié la communauté humaine de taille modeste (la tribu, le clan, l’ethnie, une société de pêcheurs, de chasseurs, de bergers, etc.).

L’objectif de ce cours est aussi de voir comment l’anthropologie se saisit de la « modernité » par le biais du diptyque individu-communauté et comment envisage-t-elle de résoudre les problèmes qu’elle se pose ou que posent les principales figures de cette modernité que sont le politique (institutions humaines, identités…), le religieux (croyances, rites, rituels, crise du religieux…), le développement (représentations du progrès, actions et acteurs, globalisations, mondialisations, etc

Bibliographie indicative (une bibliographie complémentaire sera donnée en cours) :

La modernité :

- Augé (Marc), Non-lieux : introduction à une anthropologie de la surmodernité, Paris, Seuil, 1992.

- Copans (Jean), La longue marche de la modernité africaine, Savoirs, intellectuels, démocraties, Paris, Karthala, 1990.

- Gaillard (Françoise), Poulain (Jacques) et Schusterman (Richard), dir., La modernité en questions. De Richard Rorty à Jürgen Habermas, Paris, Editions du Cerf, Paris, 1998.

- Giddens (Anthony), Les conséquences  de la modernité, Paris, L'Harmattan, 1994.

- Kouvouama (Abel) La modernité en question, Brazzaville, Edition Paari, 1996.

- Touraine (Alain), Critique de la modernité, Paris, Fayard, 1992.

La démocratie :

- Chabal (Patrick) et Daloz (Jean-Pascal), L'Afrique est partie. Du désordre comme instrument politique, Paris, Économica, 1999.

- Gauchet (Marcel), L’avènement de la démocratie. III. À l’épreuve des totalitarismes : 1914-1974. Paris, Gallimard, 2010.

- Gauchet (Marcel), L’avènement de la démocratie. IV. Le nouveau monde, Paris, Gallimard, 2017.

- Geschière (Peter), Sorcellerie et politique en Afrique. La viande des autres, Paris, Karthala, 1995.

- Gosselin (I.), « Pour une sociologie des stratégies de transition », in Claude Beauchamp (dir.), Démocratie, culture et développement en Afrique noire, Montréal, L'Harmattan, 1997.

- Grossman (Émiliano) et alii, Pourquoi détestons-nous autant nos politiques ? Paris, Sciences Po Presses, 2017.

- Kouvouama (Abel), « Réinvention démocratique en Afrique face aux enjeux du développement », in Démocratie, Culture et Développement en Afrique noire, Beauchamp Cl. Montréal/Paris, L'Harmattan, pp.115-127, 1995.

- Kouvouama (Abel) « Citoyenneté, ethnicité et ethnocentrisme : les enjeux de la démocratie en Afrique », in Identités et démocratie, P.Yengo (dir.), Paris, L'Harmattan/Association Rupture, pp.269-281, 1997.

- Le Goff (Jean-Pierre), Malaise dans la démocratie. Paris, Pluriel, 2017.

- Mbembe (Achille), De la postcolonie. Essai sur l'imagination politique dans l'Afrique contemporaine, Paris, Karthala, 2000.

- Yengo (Patrice), Identités et démocratie, Paris, L'Harmattan/Association Rupture, 1997.

Religion et politique :

- Donegani (Jean-Michel), « Religion et politique : de la séparation des instances à l'unité de l'individu », in : Religions et Société, Cahiers Français n°273, Paris, La Documentation Française, octobre-décembre 1995.

- Gauchet (Marcel), La religion dans la démocratie, parcours de la laïcité, Paris, Gallimard, 1998.

- Kouvouama (Abel), « Conférence nationale et modernité religieuse », in, Questions sensibles, Paris, PUF, pp.387-412, 1998.

□ Mondes ibériques anciens

Henri Etcheto (docteur en histoire romaine, chargé de cours)

Le cours porte sur la connaissance de la péninsule ibérique à l’époque antique (protohistoire et période romaine impériale). Seront abordés non seulement les faits historiques, mais également les manifestations artistiques et urbanistiques depuis l’arrivée des Orientaux phéniciens (VIIIe siècle a.C.) jusqu’à la domination romaine.

Bibliographie indicative

- Les Ibères, Catalogue de l’exposition (Paris / Barcelone / Rome), Paris, RMN, 1997.

- Alvarez Martínez (José María) et Almagro-Gorbea (Martín), Hispania. El legado de Roma, Catalogue d’exposition (La Lonja, Saragosse, 1998), Saragosse, Ayuntamiento de Zaragoza, 1998.

- Le Roux (Patrick), La péninsule ibérique aux époques romaines, Paris, A. Colin, 2010.

□ Géographie : politiques environnementales

Christine Bouisset (maîtresse de conférences en géographie)

Après avoir cerné la thématique et avoir réfléchi au terme “environnement”, le cours s’attachera à analyser les raisons de la montée des préoccupations environnementales dans le monde. Puis à travers quelques exemples (lutte contre le changement climatique, parcs naturels, etc.) il abordera les grands principes (principe "pollueur-payeur", principe de précaution…), les acteurs (Etats, collectivités, ONG...) et les outils (lois, mesures incitatives…) de la protection de l’environnement à l’échelle internationale puis en France. Un éclairage particulier sera effectué sur les aires protégées (parcs, réserves…).

Compétences :

  • Comprendre les grands enjeux environnementaux contemporains
  • Connaître les principaux acteurs et outils des politiques environnementales
  • Connaître les principes de fonctionnement des aires protégées
□ Géographie humaine

Colette Ducourneau (maîtresse de conférences en géographie)

Cet enseignement aborde le thème des frontières vues par les géographes : définitions, typologies, fonctions, matérialité, évolutions, effets territoriaux… permettront de comprendre la frontière comme un type particulier de discontinuité en géographie. A la fois obstacle et opportunité, la frontière sera présentée comme un objet et une notion en mutation. Les TD permettront d'illustrer différents types de frontières à partir de cas concrets pris dans plusieurs parties du monde.

Compétences :

  • être capable d'identifier les dimensions géographiques de la problématique de la frontière sans se limiter à l'aspect géopolitique de la question ;
  • maîtriser les principales notions liées au thème.
□ Archéologie antique romaine

François Réchin (professeur en histoire et archéologie romaine)

Les villes de l’occident romain. Cf. département concerné.

□ Archéologie du monde grec

Philippe Lafargue (docteur en histoire grecque, chercheur associé)

Cf. département concerné.

□ Histoire de l’art moderne

Les arts en Europe au XVIe siècle. Cf. département concerné.

 

UE Libre

 

_________________________________________________________________

 

LICENCE 2 SEMESTRE 4

 

UE 1 Histoire moderne. La France et l’Europe (XVIIe-XVIIIe siècles)

Olivier Caporossi (maître de conférences en histoire moderne)

Le cours abordera principalement l’histoire politique, sociale et religieuse de la France de 1610 à la veille de la Révolution française. Un intérêt particulier sera donné aux changements institutionnels et à la gouvernance de la monarchie française.

Les TD seront consacrés aux évènements majeurs de l’histoire de l’Europe.

Bibliographie

- Bercé (Yves-Marie), Les monarchies dans l’Europe moderne (XVIe-XVIIIe siècle), Paris, Biblis-CNRS, 2016.

- Bluche  (François), L’Ancien Régime. Institutions et société, Paris, Livre de Poche, 2005.

- Durand (Stéphane) et Wenzel (Éric), 100 Fiches d’histoire moderne, Paris, Bréal, 2007.

- Hélié (Jérôme), Petit atlas historique des Temps modernes, Paris, A. Colin, 2002.

- Muchembled (Robert), Société et mentalités dans la France moderne XVIe-XVIIIe siècle, Paris, A. Colin, 1990.

- Saupin (Guy), La France à l’époque moderne, Paris, A. Colin, rééd. 2014..

 

UE 2 Histoire contemporaine. Le Moyen-Orient de la chute de l'empire ottoman à aujourd'hui

Sylvaine Guinle-Lorinet (maîtresse de conférences Habilitée à diriger des recherches, en histoire contemporaine) et Francis Larrieu (chargé de cours en histoire contemporaine)

Au XXe siècle, le Moyen-Orient est le lieu de tous les conflits. Depuis la chute de l'empire ottoman, les problèmes de la décolonisation, la question des lieux saints des trois religions monothéistes, la contradiction entre la volonté d'établir un Etat juif en Palestine et la résistance des populations arabes à cette entreprise, la domination des plus importantes réserves pétrolières du monde sont les enjeux des rivalités des puissances dans le cadre de la lutte pour la zone. L'affirmation du nationalisme arabe et de son concurrent l'islamisme exprime la volonté d'indépendance des peuples de cette région, mais, pour réaliser leurs objectifs politiques contradictoires, les Etats font perpétuellement appel aux puissances extérieures afin d'obtenir des aides financières, de l'armement, des interventions militaires.

Bibliographie

- Cloarec (Vincent) et Laurens (Henry), Le Moyen Orient au 20e siècle, coll. U, Armand Colin, 1994 (le manuel de base, que j'utilise beaucoup ; il est parfois complexe car il est « touffu »...)

- Laurens (Henry), Paix et guerre au Moyen Orient. L'Orient arabe et le monde de 1945 à nos jours, Armand Colin, 1999 (de façon générale, tous les livres d'Henry Laurens peuvent être utiles, ils sont gros et ne sont pas à lire entièrement, mais peuvent rendre beaucoup de services sur des points précis).

Sur Israël et les Palestiniens :

- Dieckhoff (Alain), Les espaces d'Israël, Fondation pour les études de défense nationale, 1987 (et les autres ouvrages du même auteur sur Israël, portant sur la géopolitique de cet Etat, qui se voit comme une citadelle assiégée...).

Autres problèmes :

- Corm (Georges), Le Proche-Orient éclaté, de Suez à l'invasion du Liban, Maspero, 1988 (ouvrage à plusieurs reprises réédité, très clair ; Corm est un spécialiste du PO et du Liban).

- Picard (Élizabeth), La question kurde, Bruxelles, Complexe, 1991.

- Digard (Jean-Pierre), Hourcade (Bernard) et Richard (Yann), L'Iran au XXe siècle, entre nationalisme, islam et mondialisation, Fayard, 2007 (de manière générale, les livres de B. Hourcade sur l'Iran, dont il est l'un des spécialistes en France).

Voir aussi les revues Hérodote, Peuples méditerranéens, Politique étrangère... Ainsi que les sites Internet d'ONG, d'organes de presse. Et les mémoires ou autobiographies, de Kissinger par exemple ; ou livres d'entretien de Yasser Arafat, Shimon Perès, Ariel Sharon, etc...

Certains titres sont anciens, mais n'ont pas été égalés depuis. Des conseils bibliographiques seront donnés tout au long des cours.

 

UE 3 Compétences transversales
□ Historiographie

Cécile Lagane (docteure en archéologie médiévale, chercheuse associée et enseignante en histoire médiévale), Mathilde Prim (chargée de cours en histoire médiévale) et Dominique Bidot-Germa (maître de conférences en histoire médiévale)

Le cours est articulé en grands dossiers thématiques autour de concepts, de débats ou de courants de l’historiographie, par exemple : l’évènement, la biographie, l’histoire globale, la micro-histoire, les régimes d’historicité, l’histoire des femmes et l’histoire par le genre, le fait religieux, les représentations…

Bibliographie

- Delacroix (Christian) et alii, dir., Historiographies. Concepts et débats, 2 volumes,Gallimard, 2010.

□ Langue vivante
□ Culture numérique

Le cours s’arrêtera sur les principaux outils de le bureautique et leur utilisation dans le cadre de l’histoire : mise en forme d’un texte, utilisation d’un tableur et traitement de données, constitution d’un diaporama…

En dehors de quelques notions théoriques, il sera essentiellement composé de travaux pratiques d’entrainement.

□ Grandes œuvres historiques

Selon les années, grandes œuvres (littéraires, architecturales, artistiques…) de l’Antiquité ou du Moyen Âge.

 

UE 4 Approche d’une spécialisation (3 EC au choix)
□ Histoire culturelle moderne. L’Europe du livre à l’époque moderne      

Philippe Chareyre (professeur d’histoire moderne)

L’expansion de l’imprimerie à l’époque moderne accompagne l’évolution de la pensée européenne dans les domaines de la littérature du politique et du religieux.

Ce cours sera l’occasion de parcourir au fur et à mesure des perfectionnements techniques, les grandes figures de l’édition, les auteurs, qui ont marqué la pensée européenne à l’époque moderne. Les fonctions du livre et sa réception dans la société seront également abordées.

Bibliographie

- Daussy Hugues) et alii, La Renaissance (vers 1470-vers 1560), Belin Sup Histoire, Belin, 2003.

- Barbier (Frédéric), L’Europe de Gutenberg, coll. Histoire et société, Belin, 2006.

- Barbier (Frédéric), Histoire du livre en Occident, coll. U, Armand Colin, 2012.

□ Histoire économique

Laurent Dornel (maître de conférences en histoire contemporaine)

Ce cours analysera les transformations subies par le capitalisme de 1914 à 1945. Il insistera plus particulièrement d’une part sur les conséquences économiques des deux guerres mondiales, d’autre part sur les crises (notamment celle de 1929) qui secouent l’économie mondiale entre les deux guerres et les réponses différenciées qu’y apportent les principaux pays industrialisés (États-Unis, France, Royaume-Uni, Allemagne, Japon).

Il s’agira donc de comprendre quelles furent les grandes transformations géoéconomiques du monde capitaliste pendant la période 1914-1945.

Bibliographie

Histoire de l’économie :

- Asselin (Jean-Charles), Histoire économique du XXe siècle, 2 tomes, Paris, Presses de la Fondation nationale des Sciences politiques, 1995.

- Bairoch (Paul), Victoires et déboires : histoire économique et sociale du monde du XVIe siècle à nos jours, Folio Histoire, 1997.

- Beaud (Michel), Histoire du capitalisme (1500-2010), coll. Points, Seuil, 2010.

- Bénichi (Régis), dir., Les mutations de l’économie mondiale au XXe siècle, Nathan, 2010.

Pour le contexte général :

- Droz (Bernard) et Rowley (Anthony), Histoire générale du XXe siècle, coll. Points, Seuil, 1986.

Manuels et outils :

- Braseul (Jacques), Histoire des faits économiques de la Grande Guerre au 11 Septembre, Paris, A. Colin, 2003.

- Gauthier (André), D’une mondialisation à l’autre : histoire économique et sociale du monde depuis le début du XXe siècle, Paris, Bréal, 2009.

- Mandon (Guy), Les mutations de l’économie mondiale au XXe siècle : d’une internationalisation à l’autre. 1900-1973, Paris, Sedes, 2007.

- Murracciole (Jean-François), Histoire économique et sociale du XXe siècle, Ellipses, 2002.

Points plus spécifiques :

- Asselin (Jean-Charles), Histoire économique de la France. T.2. « De 1919 à la fin des années 70 », coll. Points, Seuil, 1984.

- Dormois (Jean-Pierre), Histoire économique de la Grande-Bretagne au XXe siècle, Paris, Hachette, 1994.

- Duménil (Gérard) et Lévy (Dominique), La dynamique du capitale : un siècle d’économie américaine, Paris, PUF, 1996.

- Hau (Michel), Histoire économique de l’Allemagne, Paris, Économica, 1994.

- Hautcoeur (Pierre-Cyrille), La crise de 1929, Paris, La découverte, 2009.

- Lemémorel (Alain), Nouvelle histoire économique de la France contemporaine. T.3. « L’économie libérale à l’épreuve. 1914-1948 », Paris, La découverte, 1998.

- Werth (Nicolas), dir., Histoire de l’Union soviétique, Paris, PUF, 2008.

□ Anthropologie : espaces et cultures

Abel Kouvouama (professeur d’anthropologie)

Programme

- Analyser les  rapports entre anthropologie, identité, espace, culture 

- Appréhender la notion d’identité dans le champ des sciences sociales,

- Cerner la notion de patrimoine culturel immatériel

-Comprendre quelles sont les formes contemporaines de constructions sociales, politiques, culturelles, religieuses et mémorielles des identités.

Présentation

Comment les sciences sociales et humaines, particulièrement l’anthropologie abordent-elles la question de l'espace de la culture et de l’identité? Car, il existe une pluralité de regards anthropologiques sur les sociétés d’Europe, d’Afrique, des Amériques et d’Asie. Ceux-ci s’effectuent aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur de ces continents en appréhendant les différents « régimes d’historicité ». 

Le regard anthropologique fécond que l’on peut porter sereinement sur les sociétés contemporaines à la fois singulières et identiques doit relever de nombreux défis. Il doit s’enrichir par-delà les clichés et les préjugés, des analyses transversales et interdisciplinaires aussi bien sur les questions relatives à l’identité, à la culture et à l’espace.

On commencera par avancer les préalables épistémologiques. Ensuite, on examinera dans une approche interdisciplinaire les principales théories de l’identité, de la mémoire et du patrimoine culturel immatériel. Enfin, on analysera, à partir des données théoriques et des travaux empiriques de chercheurs de différents horizons, les modalités d’appréhension des espaces habités et représentés par différents acteurs sociaux des sociétés européennes, américaines, africaines et asiatiques.

Bibliographie

- Bonetti (Michel), Habiter : le bricolage imaginaire de l’espace, Paris, Desclée de Brouwer, 1994.

- Bourdieu (Pierre), Questions de sociologie, Paris, Éditions de Minuit, 1980.

- Bourdieu (Pierre), La misère du monde, Paris, Seuil, 1993.

- Cochart-Coste (Dominique) et Kouvouama (Abel), Représentations et productions de l’espace dans les sociétés contemporaines, Paris, L’Harmattan, 2009.

- Convention de l’Unesco du 17/10/2003, Le patrimoine culturel immatériel, Paris, Unesco, 2003.

- Cuche (Denys), La notion de culture dans les sciences sociales, Paris, La Découverte, 2010.

- Dubar (Claude), « Usages sociaux et sociologiques de la notion d’identité », Éducation permanente, n° 128, 1996-3, p. 37-44.

- Godelier (Maurice), Communauté, Société, Culture. Trois clés pour comprendre les identités en conflits, Paris, Cnrs Editions, 2009.

- Halpern (Catherine), coord., Identité(s). L’individu, le groupe, la société, Paris, Editions Sciences Humaines, 2009.

- Hausbei (Kerstin) et Lattard (Alain), Identité(s) multiple(s), Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2008.

- Kouvouama Abel, L’anthropologie dans un monde en mouvement. Le lointain et le proche, Paris, Éd. Paari, 2015.

- Laclau (Ernesto), La guerre des identités. Grammaire de l’émancipation, Paris, La Découverte, 2000.

- Laplantine (François), Je, nous et les autres. Être humain au-delà des appartenances, Paris, Le Pommier, 1999.

- Maalouf (Amin), Les identités meurtrières, Paris, Grasset, 1998.

- Singly (François de), Le soi, le couple et la famille, Paris, Nathan, 1996.

- Thiesse (Anne-Marie), La création des identités nationales. Europe : XVIIIe-XXe siècles, Paris, Seuil, 1999.

- Warnier (Jean-Pierre), La mondialisation de la culture, Paris, La Découverte, 2008.

- Yengo (Patrice), Identités et démocratie, Paris, L’Harmattan, 1997.

- Ziavoula (Robert), Kouvouama (Abel) et Yengo (Patrice), éd., Les territoires du sacré. Images, discours, pratiques, Paris, Karthala, 2016.

□ Mondes ibériques médiévaux. La péninsule Ibérique au Moyen Âge (Ve – XVe siècle)

Véronique Lamazou-Duplan (maîtresse de conférences en histoire médiévale)

Ce cours initiera à l’histoire de la péninsule Ibérique durant le millénaire médiéval. La péninsule est alors touchée par les invasions « Barbares », régentée par les Wisigoths, conquise par Arabes et Berbères (émirat puis califat omeyyade…Almoravides, Almohades), reconquise par les chrétiens (Reconquista) venant de différents horizons, ibériques ou plus lointains (Francos…). À partir du XIIIe siècle, cinq royaumes se partagent l’espace ibérique. « Les Espagnes médiévales » (Denis Menjot) font lutter mais aussi cohabiter différentes cultures (héritages romain, musulmans et chrétiens, influences occidentales et orientales). Ainsi prend forme une identité multiple, riche, tant sur le plan politique, social, culturel, artistique.    Le cours retracera ces grandes évolutions et prendra appui sur quelques dossiers de documents (textes, documents figurés).

Bibliographie générale et indicative 

- Bennassar (Bartolomé), Histoire des Espagnols,  Paris, Perrin, Collection Tempus. 2005

- Gerbet (Marie-Claude), L’Espagne au Moyen Âge, Paris, Colin 2e ed. 2000.

- Guichard (Pierre),  Al-Andalus (711-1492), une histoire de l'Espagne musulmane, Paris, Hachette littératures, 2000.

- Leroy (Béatrice),  L’Espagne au Moyen Âge, Albin Michel, 1988.

- Leroy (Béatrice),  La Navarre au Moyen Âge, Albin Michel, 1983.

- Martinez-gros (Gabriel), Identité andalouse, Paris, Sindbad/Actes Sud, 1997.

- Menjot (Denis), Les Espagnes médiévales (409-1474), Hachette, 1996.

- Rucquoi (Adeline), L'Espagne médiévale,  Paris, Les Belles lettres, 2002.

- Rucquoi (Adeline), Histoire médiévale de la péninsule Ibérique, Paris, Seuil, 1993.

Documents :

- Baloup (Daniel), Boisselier (Stéphane) et Denjan (Claude), La péninsule Ibérique au Moyen Âge. Documents traduits et présentés, Rennes, PUR, 2010.

□ Géographie : aires culturelles et mondialisation

Jean-Baptiste Maudet (maître de conférences en géographie)

L’objet de ce cours est de questionner l’articulation entre les aires culturelles (les macro-découpages géographiques du monde fondés sur des critères dits culturels) et la mondialisation, en tant que processus qui conjugue des effets de diffusion spatiale, d’interconnexion croissante de lieux et d’émergence d’une nouvelle échelle géographique globale. Ce cours propose une approche problématisée de la mise en relation des logiques aréales et réticulaires d’organisation de l’espace à l’échelle du globe. Il s’appuie sur des approches généalogiques et définitionnelles des notions d’aires culturelles et de mondialisation, dans une conception élargie des sciences humaines et sociales, une étude des courants et de certains auteurs ayant contribué à la consolidation de ces approches, ainsi que sur des exemples précis et localisés mis en discussion à la lumière des problématiques engagées.

□ Géographie : dynamiques agricoles et ressources dans le monde

Marion Charbonneau (maîtresse de conférences en géographie)

Centré sur les questions agricoles et alimentaires ce cours met l’accent sur les défis locaux et globaux de l’agriculture dans les espaces ruraux. Il permet de cerner les enjeux auxquels les pays du Nord comme les pays du Sud sont confrontés et les futurs possibles (déséquilibres entre besoins alimentaires et production agricole, enjeux environnementaux liés à la disponibilité des ressources naturelles, 3ème révolution agricole, sécurité alimentaire, relocalisation de la production/mondialisation des échanges, etc.). À travers l’étude de cas concrets en Europe, en Amérique du Nord et dans les pays du Sud, les TD permettent aux étudiants d’acquérir un ensemble de connaissances relatives aux espaces agricoles et un ensemble de clés pour comprendre les enjeux contemporains qui s’y jouent.

Compétences :

  • Être capable de comprendre et d’analyser les grandes mutations qui touchent le monde agricole et les défis contemporains liés aux questions agricoles et alimentaires.
□ Histoire de l’art contemporain

Modernités et avant-gardes. Cf. département concerné.

□ Habitat et vie privée

Giuseppe Indino (chercheur associé, enseignant en histoire et archéologie romaine) et Alain Champagne (maître de conférences en histoire et archéologie médiévales)

Approche archéologique : Antiquité et Moyen Âge. Cf. département concerné.

 

UE Libre

 --------------------------------------------------------

LICENCE 3 SEMESTRE 5
Parcours « Recherche et enseignement »

 

UE 1 Histoire moderne. Histoire de la Révolution française (années 1770-1804)

Frédéric Bidouze (maître de conférences en histoire moderne)

Ce cours a pour vocation de terminer l’histoire moderne (de l’Ancien Régime) et d’introduire l’histoire du monde contemporain jusqu’à la fin du Consulat en 1804. La période la plus importante est néanmoins celle qui va de 1787-1789 à 1795.

Cours magistral : Organisé en 12 cours de 2h, l’UE aborde le passage de l’Ancien Régime à la Révolution dans un cadre français mais également à l’occasion « occidental ». L’approche de la Révolution (1789-1799) et du Consulat (1799-1804) est délibérément chronologique afin d’appréhender les différentes phases d’une immense période matricielle politiquement, culturellement et religieusement. Cette époque a entamé un long processus de fondation dans la loi d’un corps politique d’individus libres et égaux qui ne s’achève véritablement qu’à l’aube des années 1880: citoyenneté, démocratie, droits de l’homme, république… sont autant de termes qui connaissent des bouleversements profonds et qui se définissent progressivement en traversant des régimes politiques très différents : Monarchie constitutionnelle (1789-1791), République jacobine (1792-1795), République « bourgeoise » dite thermidorienne, poursuivie par le Directoire (1795-1799) et le Consulat de Napoléon Bonaparte (1799-1804), sont des étapes essentielles qui construisent la culture politique française du XIXe siècle et celle des siècles suivants.

Les Travaux dirigés : organisés en 12 séances, ils déroulent la chronologie du cours en l’illustrant par des thèmes et des exemples représentatifs des mutations de cette période, sans oublier les grands débats historiographiques auxquels la Révolution a donné lieu jusqu’à nos jours. Les étudiants sont amenés à réaliser des travaux qu’ils présentent à l’oral et ils préparent à chaque séance les exercices demandés. 

Bibliographie

Manuel de référence :

- Biard (Michel) et Dupuy (Pascal), La Révolution française : dynamiques et ruptures 1787-1804, Paris, Armand Colin, coll. « U », 2e édition,  2008, 352 p. Une chronologie indispensable au suivi du cours et des TD.

Ouvrage de référence :

- Martin (Jean-Clément), Nouvelle histoire de la Révolution française, Perrin, 2012. (Ouvrage assorti de la bibliographie exhaustive par chapitre et en fin de volume pour les travaux dirigés).

Pour une première approche avant la rentrée universitaire, voir les deux articles exhaustifs de l’Encyclopedia Universalis :

- « Révolution française : en bref/repères chronologiques/ Révolution française »

- « Historiographie de la Révolution française : Chartier Roger/ Darnton Robert/Furet François/ Révolution française »

 

UE 2 Histoire contemporaine. La France et les Français d’une crise à l’autre : années 1930 - années 1970

Laurent Dornel (maître de conférences en histoire contemporaine)

Le cours propose d’envisager une séquence particulièrement intense et contrastée de l’histoire de France, celle qui va de la crise des années 1930 à l’autre grande crise, celle des années 1970. Cette période, marquée par de fortes ruptures, est en effet riche en contrastes ; elle connaît certes des moments de croissance économique (les « Trente Glorieuses ») mais semble marquée par un état de crise permanent : crise générale (économique, sociale et politique) des années trente (antiparlementarisme, ligues, antisémitisme, etc.) ; profonde crise pendant la Seconde Guerre mondiale (disparition de la République, collaboration avec l’ennemi, etc.) ; crise de l’immédiat après-guerre (retour des déportés, épuration, naissance d’une nouvelle République, etc.) mais qui apparaît, comme souvent avec les crises, comme un moment de renouveau. La IVe République, si elle permet à la France de retrouver une indéniable croissance économique, n’en reste pas moins marquée par une instabilité politique permanente, une culture de guerre froide clivante, et notamment par les guerres de décolonisation. La Ve République apporte la stabilité institutionnelle espérée, achève la décolonisation et surtout renforce la vocation européenne de la France ; mais les années 1960 sont celles d’une accélération des transformations sociales (immigration, fin des paysans, apogée de la « France ouvrière », début de l’affirmation des femmes et des jeunes comme acteurs politiques). La crise économique des années 1970 – que l’on interprète souvent de nos jours comme  le début de la mondialisation – touche un pays qui connaît déjà de puissants blocages (Michel Crozier, La société bloquée, 1970), mais est marquée par des effets délétères : le chômage de masse devient structurel, les « corporatismes » s’exacerbent, le néo-fascisme s’installe durablement (Front national, Parti des Forces Nouvelles) et la France n’échappe pas aux « années de plomb ».

Le cours magistral sera accompagné de TD qui permettront d’approfondir un certain nombre de thématiques.

Première bibliographie

(une bibliographie plus complète sera donnée au premiers cours)

- Agulhon (Maurice), La République de 1880 à nos jours, 2 vol., Hachette, 2011 (1990).

- Agulhon (Maurice), Nouschi (André), Schor (Ralph), La France de 1914 à 1940, Nathan, 1993 ; et La France de 1940 à nos jours, Nathan, 1995.

- Berstein (Serge) et Milza (Pierre), Histoire de la France au XXe siècle, Complexe, 1985.

- Lequin (Yves), Histoire des Français XIXe-XXe siècles, 3 vol., Colin, 1983-1984.

- Nora (Pierre), Les Lieux de mémoire, Gallimard, 1984-1993.

- Schor (Ralph), Histoire de la société française, Belin, 2004.

- Sirinelli (Jean-François), La France de 1914 à nos jours, PUF, 1993.

- Zeldin (Theodore), Histoire des passions françaises (5 vol. : Ambition et Amour ; Orgueil et intelligence ; Goût et corruption ; Colère et politique ; Anxiété et hypocrisie), 1980-1981 (en anglais entre 1973 et 1977), paru en poche Petit Bibliothèque Payot en 2002.

 

UE 3 Compétences transversales
□ Culture numérique

Le cours s’arrêtera sur les principaux outils de le bureautique et leur utilisation dans le cadre de l’histoire : mise en forme d’un texte, utilisation d’un tableur et traitement de données, constitution d’un diaporama… En dehors de quelques notions théoriques, il sera essentiellement composé de travaux pratiques d’entrainement.

□ Langue vivante

À choisir entre : allemand, anglais, basque, espagnol, occitan, portugais, russe.  Un second choix de langue est possible en UE Libre ou en UECF.

 

UE 4 Approche d’une spécialisation (2 EC au choix)
□ Atelier de l’historien (anthropologie et histoire contemporaine)

Patricia Heiniger-Casteret (maîtresse de conférences en anthropologie) et Laurent Dornel (maître de conférences en histoire contemporaine)

Recommandation : Recherche.

La moitié du semestre est consacrée à des TD permettant de découvrir divers types d’archives relatives aux années 1815-1939 (archives publiques, fonds privés).

L’autre moitié est vouée à l’anthropologie et à « L’histoire orale ». Ce cours abordera le témoignage oral comme source de l’histoire, des comportements sociaux et culturels à travers le temps. Nous nous arrêterons sur l’intérêt qu’il suscite depuis le développement des outils d’enregistrement et la place qu’il occupe dans la recherche amateur et la recherche scientifique.  

Les questions concrètes de l’enquête de terrain, du traitement de la donnée orale ainsi que les points juridiques de la protection du document et du respect des témoins, seront abordés dans le cadre d’un exercice d’enquête qui sera demandé à chaque étudiant.

Bibliographie

Histoire contemporaine :

- Bastien (Hervé), La France contemporaine (XIXe-XXe s.), méthode pratique pour la recherche historique, Paris, 1995.

- Delsalle (Paul), dir., La recherche historique en archives, XIXe-XXe siècles, Paris, 1996.

L’histoire orale :

- Arborio (Anne-Marie) et Fournier (Pierre), L’enquête et ses méthodes : l’observation directe, Nathan Université, Paris, 2001.

- Blanchet (Alain) et Gotman (Anne), L’enquête et ses méthodes : l’entretien, Nathan Université, Paris, 2000.

- Descamp (Florence), L’historien, l’archiviste et le magnétophone. De la constitution de la source orale à son exploitation, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, Paris, 2005

- Singly (François de), L’enquête et ses méthodes : le questionnaire, Nathan Université, Paris, 2000

Sites de documentation en ligne :

- AFAS : Association Française des détenteurs de documents Audiovisuels et Sonores :  http://afas.images.org/

- Association des Archivistes Français : www.archivistes.org

- Descamps (Florence), « L’entretien de recherche en histoire : statut juridique, contraintes et règles d’utilisation », Histoire et politique. Politique, culture, société, revue électronique du Centre d’histoire de Sciences Po, no 3, novembre-décembre 2007.
http://www.histoire-politique.fr/index.php?numero=03&rub=autres-articles&item=24.

- Descamps (Florence) et Ginouvès (Véronique), à propos du Carnet de recherche Éthique et droit en SHS sur Hypotheses.org : http://phonotheque.hypotheses.org/10530

- Le Draoullec (Ludovic), « L’utilisation des corpus oraux à des fins culturelles : quels contrats mettre en œuvre ? », Bulletin de l’AFAS – Association française des détenteurs de documents sonores et audiovisuels, http://afas.imageson.org/document622.html#tocto11

- Les archives orales : 

http://www.infodoc.flsh.uha.fr/microsites_libres/projets_2010/archives_orales/definition.html

□ Atelier de l’historien (histoire médiévale et histoire moderne)

Véronique Lamazou-Duplan (maîtresse de conférences en histoire médiévale) et Philippe Chareyre (professeur d’histoire moderne)

Recommandation : Recherche.

Après une brève présentation des sciences et techniques annexes en histoire médiévale et moderne (paléographie, diplomatique, sigillographie, numismatique…), des classements des archives, les séances, sous forme d’atelier,  initieront à la paléographie (lecture des écritures anciennes), apprentissage indispensable pour lire les documents manuscrits et inédits médiévaux et modernes. Cet atelier de paléographie sera couplé à des cours sur l’évolution des écritures au Moyen Âge et à l’Époque moderne, des supports des écrits, des modalités scripturaires (rapports texte/enluminure, fonctions de l’écrit…). Cet enseignement se poursuit en Semestre 6.

Bibliographie

Premières lectures :

- Chedeville (André), Merdrignac (Bernard), Les sciences annexes en histoire du Moyen Âge, PUR, 1998.

- Delort (Robert), Introduction aux sciences auxiliaires de l'Histoire, Colin, 1969.

- Delsalle (Paul), dir., La recherche historique en archives du Moyen Âge, Gap, 1995.

- Delsalle (Paul), dir., La recherche historique en archives, XVIe – XVIIe – XVIIIe s., Gap, 1993.

- Guyotjeannin (Olivier), Les sources de l’histoire médiévale, Livre de Poche, 1998.

- Solnon (Jean-François), dir., Sources d’histoire de la France moderne. XVIe, XVIIe, XVIIIe siècle, Larousse, 1999.

Manuels de paléographie (avec textes photographiés et transcrits) :

- Audisio (Gabriel), Bonnet-Rambaud (Isabelle), Lire le français d'hier (XVe-XVIIIe siècles), Colin, 1991.

- Bishoff (Bernard), Paléographie de l’Antiquité romaine et du Moyen Âge occidental, Paris, Picard, 1985

- Delsalle (Paul), Lire et comprendre les archives des XVIe et XVIIe s., Besançon, 2000.

- Gasparri (Françoise), Introduction à l’histoire de l’écriture, Louvain-la-Neuve, Brepols, 1994.

- Stiennon  (Jacques), Paléographie du Moyen Âge, Colin, 1973.

Trois sites internet précieux :

- Le site de l'École nationale des Chartes, paléographie en ligne interactive, THELEME (Techniques pour l'Historien En Ligne : Études, Manuels, Exercices) : www.enc.sorbonne.fr

- Le site des médiévistes français, site Menestrel (MEdiévistes sur l'interNEt Sources et Travaux En Ligne) : www.menestrel.fr/

- Pour la paléographie moderne : http://paleographie.ish-lyon.cnrs.fr/

□ Professorat des écoles (français)

Recommandation : Enseignement 1er degré (S5 ou S6).

Un semestre ou l’autre (éventuellement en alternance avec les mathématiques).

□ Professorat des écoles (mathématiques)

Recommandation : Enseignement 1er degré (S5 ou S6).

Un semestre ou l’autre (éventuellement en alternance avec le français).

□ Méthodologie des concours (CRPE et CAPES)

Hélène Lérou (PRAG en géographie) et Dominique Bidot-Germa (maître de conférences en histoire médiévale)

Recommandation : Enseignement 1er et Second degré.

Dans cette UE sont travaillés les écrits pour le CRPE (constitution d’un dossier) et pour le Capes (dissertation et commentaire composé de documents), tant en histoire qu’en géographie.

Bibliographie

Sites de référence du ministère de l’Éducation nationale (programmes et rapports des jurys) :

- Premier degré : www.education.gouv.fr/siac1

- Second degré : www.education.gouv.fr/siac2

- Ressources pour la mise en œuvre des programmes : http://www.eduscol.education.fr/

Pour l’histoire :

- Millot (Vincent) et Wieviorka (Olivier), Méthode pour le commentaire et la dissertation historiques, Paris, A. Colin, 2011.

- Saly (Pierre) et alii, La dissertation en histoire, Coll. « Cursus », A. Colin, 2012.

- Saly (Pierre) et alii, Le commentaire de documents  en histoire, Coll. « Cursus », A. Colin, 2012.

Pour la géographie :

- Tiffou (Jacky), Commenter la carte topographique  aux examens et aux concours, A. Colin, 2000.

- Zanin (Christine) et Tremelo (Marie-Laure), Savoir faire une carte, Belin Sup, 2003.

□ Géographie : la mondialisation, du local au global ?

Hélène Lérou (PRAG en géographie)

Recommandation : Enseignement Second degré.

La notion de mondialisation est devenue centrale dans les programmes de géographie. Sa maîtrise par les candidats aux concours d’enseignement est indispensable. Dans un premier temps, on analyse la manière dont elle participe de l’organisation de l’espace à l’échelle mondiale, en interrogeant notamment le rôle des États et des firmes transnationales en qu’acteurs majeurs de la mondialisation. Dans un deuxième temps, à partir de l’étude des transports, on aborde la question de la mobilité. On se propose ainsi des caractériser les dynamiques de la mondialisation, à différentes échelles. Dans un troisième temps, des études de cas, à différentes échelles, permettent de mettre en évidence les formes d’articulations entre le local et le global.

L’évaluation repose sur un examen terminal, à l’écrit (3h).

 

UE 5 Approfondissement disciplinaire (2 EC au choix)
□ Approches pluridisciplinaires de l’histoire

Jean-Luc Poueyto (chercheur associé en anthropologie, chargé de cours)

Recommandation : Enseignement Second degré (CAPES) et Recherche.

Cet enseignement a pour objectif de familiariser les étudiants à des approches pluridisciplinaires de l’histoire qui sont nécessaires à la poursuite de leurs études (CAPES, Master, etc). Il traitera des liens que la « fabrique de l’histoire » est amenée à tisser avec différents domaines tels que l’anthropologie, la sociologie, la philosophie, la littérature, les arts plastiques… S’appuyant sur des exemples tirés de l’historiographie occidentale mais aussi des rapports que des sociétés (ici juives, tsiganes et africaines) entretiennent traditionnellement avec leur passé, cet enseignement traitera de concepts tels que celui de régime d’historicité, du mythe, de la tradition, du culte de l’origine, de l’écriture et de l’oral, de la mémoire et de la commémoration, du présentisme ou de l’accélération de l’histoire… Il fera appel aux travaux de chercheurs appartenant à des horizons scientifiques divers tels que François Hartog, Michel de Certeau, Michel Foucault, Paul Veyne, Pierre Nora, Serge Gruzinski, Hartmut Rosa, Jack Goody, Claude Levi Strauss, Johannes Fabian, Paul Ricoeur, Claude Lefort, Reinhart Koselleck , Gershom Sholem, Walter Benjamin…

Les modalités pédagogiques prendront la forme de présentations d’ordre magistral mais aussi d'approches relevant de la pédagogie active, ceci afin de favoriser une meilleure appropriation de l’enseignement par les étudiants. 

Bibliographie

Elle sera donnée à chaque séance, chacune traitant d’un sujet spécifique.

□ Mondes extra-européens. Mondialisation des échanges et sociétés coloniales (XVIe-XVIIIe siècles)

Olivier Caporossi (maître de conférences en histoire moderne)

Il s’agit de comprendre l’évolution de l’économie monde à l’époque moderne et la constitution des empires coloniaux par les puissances européennes après la découverte de l’Amérique (1492) et des routes maritimes vers l’Océan indien et l’Asie. Les volets socio-économiques et culturels qu’entrainent de nouveaux métissages sont au cœur de ce cours qui abordera aussi bien les expériences coloniales hispaniques, françaises, hollandaises, britanniques que leurs conséquences pour les populations locales, l’esclavage et la géopolitique à l’échelle mondiale.

Bibliographie 

Manuels :

- Butel (Paul), Européens et espaces maritimes (vers 1690 vers 1790), Bordeaux, PUB, 1997.

- Chaunu (Pierre), Les Amériques, XVIe-XVIIIe siècles, Paris, Armand Colin, 1976.

- Dorigny (Marcel), Atlas des premières colonisations, Paris, Autrement, 2013.

- Hilaire pérez (Liliane), L’expérience de la mer. Les Européens et les espaces maritimes au XVIIIe siècle, Paris, Seli Arslan, 1997.

- Meyer (Jean), L’Europe et la conquête du monde, Paris, A. Colin, coll. U, rééd. 2009 (1990).

Généralités :

- Abenon (Lucien-René) et Dickinson (John), Les Français en Amérique : histoire d’une colonisation, Lyon, PUL, 1993.

- Bennassar (Bartolomé), La America española y la America portuguesa (Siglos XVI-XVIII), Madrid, SARPE, 1985.

- Domingez Ortiz (Antonio), Estudios americanistas, Madrid, Real academia de la Historia, 1998.

- Ermitage (David) et Braddick (Michael J.), dir., The British atlantic World 1500-1800, New York, Palgrave MacMillan, 2002.

- Fohlen (Claude), Les pères de la révolution américaine, Paris, A. Michel, 1989.

- Haudrère (Philippe), L’empire des rois (1500-1789). L’aventure coloniale de la France, Paris, Denoël, 1997.

- Havard (Gilles) et Vidal (Cécile), Histoire de l’Amérique française, Paris, Champs-Flammarion, 2008.

- Favier (René), Les Européens et les Indes orientales au XVIIIe siècle, Paris, OPHRYS, 1997.

- Gruzinski (Serge) et Bernand (Carmen), Histoire du Nouveau monde, Paris, Fayard, 1991 (vol. 1) et 1993 (vol. 2).

- Gruzinski (Serge), Les quatre parties du monde. Histoire d’une mondialisation, Paris, La  Martinière-Points-Histoire, 2004.

- Lavallé (Bernard), L’Amérique espagnole de Colomb à Bolivar, Paris, Belin, 2004.

- Margolin (Jean-Louis) et Markovits (Claude), Les Indes et l’Europe. Histoires connectées XVe-XXIe siècle, Paris, Gallimard, 2015.

- Mathieu (Jacques), La Nouvelle-France. Les Français en Amérique du Nord XVIe-XVIIIe siècle, Paris, Belin, 1991.

- Subrahmanyam (Sanjay), L’empire portugais d’Asie. 1500-1700, Paris, Points, 2013.

□ Histoire des idées politiques de l’Antiquité à la Révolution française

Frédéric Bidouze (maître de conférences en histoire moderne)

Cet enseignement vise à faciliter l’apprentissage de la politique des temps contemporains en abordant des cadres chronologiques différents de l’Antiquité gréco-romaine à la Révolution française en passant par la chrétienté du Moyen Âge et la modernité de l’Ancien Régime. Idées politiques et/ou pensée politique, doctrines et idéologies, théories et pratiques politiques, tels sont avec leurs textes fondateurs, les jalons de cette UP de 24 h.

Bibliographie sommaire

Petit manuel très accessible :

- Guerrero (Nicolas), Systèmes politiques et histoire des idées, Sciences Po, Studyrama, 2012.

Manuel complet : :

- Nay (Olivier), Histoire des idées politiques, Armand Colin Coll. U, 2004.

Outil de travail :

- Raynaud (Philippe) et Rials (Stéphane), dir., Dictionnaire de philosophie politique, Puf Quadrige, 1996.

□ Anthropologie politique : Etat et mondialisation en Afrique

Abel Kouvouama (professeur d’anthropologie)

Programme

-  L’anthropologie politique et la notion de mutation

-  Historicités de l’Etat postcolonial en Afrique subsaharienne

 -  Reconfiguration de l’Etat, mondialisation, globalisation : les logiques d’acteurs

 - Les expériences d’invention/réinvention de la démocratie

 - Violences politiques et modalités de sortie de crise

Présentation

L’anthropologie vise à dégager les lois générales de la vie en société, à partir d’une réflexion critique sur l’unité de l’homme appréhendé à travers différentes temporalités, et sous la diversité des cultures, des croyances et des pratiques. L’anthropologie politique s’intéresse de manière générale au fonctionnement du politique,  à ses modes d’expression dans ses rapports avec les autres instances de la vie sociale, religieuse et familiale, cela aussi bien dans de petites unités sociales que dans les grandes, dans le temps long et dans le temps court du présent. Il s’agira dans ce cours, tour à tour, de cerner de manière plus approfondie le champ de l’anthropologie politique dans le contexte de la mondialisation des rapports ; d’analyser le processus historique de formation de l’Etat en Afrique subsaharienne à travers les multiples négociations des rapports entre la sphère du public et la sphère du privé ; enfin de comprendre, dans le contexte de la mondialisation néo-libérale, les modes d’émergence d’acteurs privés, de réseaux  sociaux et les formes inédites de reconfiguration de l’État.

Bibliographie sommaire

- Abélès (Marc), Anthropologie de l’État, Paris, Colin, 1990.

- Appadurai (Arjun), Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la mondialisation, Paris, Payot, 2015.

- Balandier (Georges), Sociologie actuelle de l’Afrique noire, Paris, PUF, 1982 (1955).

- Balandier (Georges), Anthropologie politique, Paris, PUF, 1969.

- Bourdieu (Pierre), Contre-feux 2. Pour un mouvement social européen, Paris, Raisons d’Agir 2000.

- Copans (Jean), Développement mondial et mutations des sociétés contemporaines, Paris, A. Colin, 2006.

- GEMDEV, Les avatars de l’Etat en Afrique, Paris, Karthala, 1997.

-  GEMDEV, Mondialisation. Les mots et les choses,  Paris, Karthala, 1999.

- Kouvouama (Abel), « Réinvention démocratique en Afrique face aux enjeux du développement », in Démocratie, Culture et Développement en Afrique noire, Beauchamp Cl. Montréal/Paris, L'Harmattan, 1995, pp. 115-127.

- Kouvouama (Abel), Vivre à Brazzaville, modernité, crise au quotidien, Karthala, Paris.

- Kouvouama (Abel), Figures croisées d’intellectuels. Trajectoires, modes d’action, productions, Karthala Paris, 2007.

- Kouvouama (Abel), « Revendications démocratiques, violences politiques et sorties de crise en Afrique contemporaine », in Cyrille Koné (éd.), Médiation et gestion des conflits. Essais sur les fins et les moyens pacifiques de sortie de crise, Franckfort, Peter Lang, 2011, pp. 169-182.

- Kouvouama (Abel), L’anthropologie dans un monde en mouvement. Le lointain et le proche, Paris, Paari, 2015.

- Lebeau (Yann) et alii, État et acteurs émergents en Afrique, Paris, Karthala, 2003.

- Marie (Alain), L’Afrique des individus, Paris, Karthala, 1997.

- Politique Africaine, « L’Etat  en voie de privatisation », n° 73, Paris, Karthala, 1999.

- Revue du MAUSS, «Quelle « autre mondialisation » ?, Recherches n° 20, Paris, La Découverte-MAUSS, 2002.

- Revue Internationale des Sciences Sociales, « Le temps de la démocratie », n°128, Octobre, Paris, Unesco, 1991.

- Smouts (Marie-Claude), dir., Le développement durable. Les termes du débat, Paris, Colin, 2005.

- Yengo (Patrice), Les mutations sorcières dans le bassin du Congo. Du ventre et de sa politique, Paris, Karthala, 2016.

- Ziavoula (Robert), Kouvouama (Abel) et Yengo (Patrice), Les territoires du sacré. Images, discours, pratiques, Paris, Karthala, 2016.

 

UE Libre

_________________________________________________________________

 

LICENCE 3 SEMESTRE 6
Parcours « Recherche et enseignement »

 

UE 1 Histoire ancienne
□ L’époque hellénistique (IVe-IIe siècles av. J.-C.)

Fabienne Coudin (docteure, enseignante en histoire antique grecque)

De la mort d´Alexandre à la conquête romaine (achevée à la fin du Ier siècle av. J.-C.) : l´hellénisme s´étend à tout le bassin méditerranéen oriental et constitue une civilisation commune, bien que le territoire soit morcelé entre plusieurs royaumes, dont le plus célèbre est celui de l´Égypte des Ptolémées.

Bibliographie indicative

Outils pour l’ensemble des périodes à connaître et manipuler aussi souvent que possible :

- Baslez (Marie-Françoise), Les sources littéraires de l’histoire grecque, Paris, Armand Colin, 2003.

- Cabanes (Pierre), Petit atlas historique de l’antiquité grecque, Paris, Armand Colin, 2016.

- Ismard (Paulin), Chronologie de la Grèce ancienne, Paris, Seuil, coll. « Points », 2003.

Livre indispensable à utiliser pour la préparation de chaque TD :

- Will (Édouard), Histoire politique du monde hellénistique, 323-30 av. J.-C., Paris, Seuil, coll. « Points », 2003.

Pré-requis pour aborder et soutenir le cours :

 

- Grandjean (Catherine), Hoffman (Geneviève), Capdetrey (Laurent) et Carrez-Maratray (Jean-Yves), Le monde hellénistique, Paris, Armand Colin (coll. U), 2017. 

ou :

- Cabanes (Pierre), Le monde hellénistique. De la mort d’Alexandre à la paix d’Apamée., Paris, Seuil, coll. « Points », 1995.

□ L’Empire romain d’Occident à la fin de l’Antiquité

François Réchin (professeur en histoire et archéologie romaine) et Sébastien Cabes (chercheur associé, chargé de cours en histoire romaine)

Le cours portera sur la période qui s’étend de la fin du IIe siècle à la mort de Romulus Augustulus en 476. Le temps limité imparti à cet enseignement au regard de la longue période considérée nous conduira surtout à en repérer les événements marquants et à insister sur les rapports complexes existant entre les mondes romain et barbare. On s’attachera à cerner les facteurs à la fois internes et externes qui ont conduit l’Empire à trouver de nouveaux équilibres avant sa dislocation finale au profit des royaumes barbares.

Le propos sera centré prioritairement sur la partie occidentale de l’Empire, sans exclure naturellement la partie orientale lorsque cela sera nécessaire 

Bibliographie indicative

De façon à compléter les connaissances acquises en cours et en TD, les étudiants se reporteront aux manuels les plus usuels en la matière, comme par exemple :

- Lançon (Bertrand), Le monde romain tardif, Paris, 1992.

- Modéran (Yves), L’Empire romain tardif. 235-395 ap. J.-C., Paris, 2006.

- Petit (Paul), Histoire générale de l’Empire romain, t. 3, Seuil, Paris, 1974.

Quelques lectures complémentaires sont susceptibles d’aiguiser l’intérêt des étudiants pour cette période complexe et passionnante :

- Brown (Peter), Genèse de l’Antiquité tardive, Paris, 2001.

- Delaplace (Christine), La fin de l'Empire romain d'Occident : Rome et les Wisigoths de 382 à 531, Paris, 2015.

- Marrou (Henri-Irénée), Décadence romaine ou Antiquité tardive ? IIIe-VIe siècles, Paris, rééd. 1996.

- Veyne (Paul) Quand notre monde est devenu chrétien (312-394), Paris, 2007.

 

UE 2 Histoire médiévale. La France et l’Angleterre au temps de la guerre de Cent Ans

Véronique Lamazou-Duplan (maîtresse de conférences en histoire médiévale)

Le cours portera sur les royaumes de France et d’Angleterre à la fin du Moyen Âge. Il s’agira de mieux faire connaître ces deux royaumes aux XIVe et XVe siècles tant pour leur histoire politique propre que pour le long conflit qui les a opposés, connu sous le nom de guerre de Cent Ans. Nous viserons à restituer les aspects majeurs de cette histoire : les grandes phases de l’histoire politique française (des Capétiens aux Valois), anglaise (des Plantagenêts au coup d’État Lancastre), les principaux  événements de la guerre de Cent Ans, articulés à la construction monarchique et à un contexte difficile (tableau démographique, économique et social (crise de la fin du Moyen Âge ?), sans oublier les évolutions culturelles, dévotionnelles et artistiques.

Cours et TD permettront d’ouvrir à l’histoire anglaise mais surtout d’approfondir l’approche de sources variées et les connaissances sur la France des Valois. Le sud-ouest français ne sera pas oublié, puisque partagé entre Aquitaine anglaise et régions directement dépendantes du roi de France.

Bibliographie indicative

(une bibliographie détaillée sera donnée lors des CM et des TD)

Premières lectures : 

- Gauvard (Claude), Le temps des Valois (1328-1515), coll. « Une histoire personnelle de la France », Paris, PUF, 2013.

- Contamine (Philippe), La guerre de Cent Ans, coll. « Que sais-je ? », Paris, PUF, 2010 (1ère éd. 1968).

- Allmand (Christopher Thomas), La Guerre de Cent ans. L’Angleterre et la France en guerre (1300-1450), Paris, Payot, 1989 (traduit de l’anglais).

Pour aller plus loin (trame événementielle, grandes problématiques, dossiers) : 

- Bove (Boris), Le temps de la guerre de Cent Ans (1328-1453), Paris, Belin, 2009.

- Gauvard (Claude), La France au Moyen Âge (Ve-XVe siècle), Paris, PUF, 2002.

- Genet (Jean-Philippe), Les Iles Britanniques au Moyen Âge, Paris, Hachette, 2005.

 

UE 3 Approche d’une spécialisation (3 EC au choix)
□ Atelier de l’historien (histoire ancienne)

François Réchin (professeur en histoire et archéologie romaine) et Bénédicte Estrade (docteure en histoire romaine, chargée de cours en histoire romaine)

Recommandation : Recherche.

L’enseignement consiste à examiner les disciplines auxiliaires qui permettent de construire un discours historique tant en histoire grecque qu’en histoire romaine. Sont tour à tour étudiées : les sources écrites, dont l’épigraphie, l’archéologie et ses méthodes, la numismatique et les sources figurées (mosaïque, peinture et sculpture). L’approche est exclusivement historienne ; il s’agit de voir comment l’historien, par sa maîtrise et par la confrontation des sciences auxiliaires, parvient à écrire l’histoire.

Bibliographie indicative 

- Arnaud (Pascal), Les sources de l’histoire ancienne,  Belin Sup, 1995.

- Corbier (Paul), L’épigraphie latine, Sedes, 1998.

- Corvisier (Jean-Nicolas), Sources et méthodes en histoire ancienne, Paris, PUF, 1997.

- Depeyrot (Georges), La monnaie romaine (211 av. J.-C. – 476 ap. J.-C.), Éditions Errance, 2006.

- Lassère (Jean-Marie), Manuel d’épigraphie latine, 2 tomes, Paris, Picard, 2005.

- Rebuffat (François), La monnaie dans l’Antiquité, Paris, Picard, 1996.

- Sutherland (C.H.V.), Monnaies romaines, Fribourg, Bibliothèque des arts, 1974.

 

□ Atelier de l’historien (histoire médiévale et histoire moderne)

Véronique Lamazou-Duplan (maîtresse de conférences en histoire médiévale) et Philippe Chareyre (professeur d’histoire moderne)

Recommandation : Recherche. Cet enseignement approfondira l’initiation à la paléographie lancée en Semestre 5. Pour la Médiévale, ces ateliers de paléographie seront combinés à des dossiers thématiques et à une présentation des archives en France et en péninsule ibérique. Certaines séances se dérouleront dans les dépôts d’archiveslocaux (Archives Départementales des Pyrénées-Atlantiques ou Usine des Tramways / archives municipales). En fonction des documents et dossiers thématiques sélectionnés, les séances donneront un aperçu de l’actualité de la recherche (les sources et leur traitement, questions de méthodes, les problématiques et leur renouvellement).

Bibliographie indicative 

(cf. Semestre 5 et indications données en cours).

□ Histoire et expressions culturelles. Les Réformes en Europe

Philippe Chareyre (professeur d’histoire moderne)

Recommandation : Recherche.

Le début de l’époque moderne voit l’Europe éclater selon plusieurs lignes de partage religieuses dont les impacts politiques conduiront à une recomposition des relations internationales dont les effets sont encore perceptibles de nos jours.

Les différentes vagues de rupture seront étudiées selon leurs spécificités en les replaçant dans le contexte politique européen. Les processus de « confessionnalisation » et de contrôle social qui en résultent seront également traités.

Bibliographie indicative

- Bonnet (Christian), Les affrontements religieux en Europe (début XVIe-milieu XVIIe s.), Editions du temps 2008.

- Lemaitre (Nicole), L’Europe et les Réformes au XVIe siècle, Ellipses, 2008.

- Mayeur (Jean-Marie), Pietri (Charles), Vauchez L (André) et Vénard (Marc), Histoire du christianisme, t. 7 : De la Réforme à la Réformation (1450-1530), t. 8 : Le temps des confessions (1530-1620/1630), t. 9 : L’âge de raison (1620/1630-1750), t. 10 : Les défis de la modernité (1750-1830), Desclée de Brouwer, 1996-1998.

□ Professorat des écoles (français)

Recommandation : Enseignement 1er degré (S5 ou S6).

□ Professorat des écoles (mathématiques)

Recommandation : Enseignement 1er degré (S5 ou S6).

□ Méthodologie des concours (CRPE et CAPES)

Recommandation : Enseignement 1er et Second degré. Dans cette UE sont travaillés les oraux pour le CRPE (présentation orale du dossier professionnel) et pour le Capes (mise en situation professionnelle, principalement), tant en histoire qu’en géographie.

Bibliographie indicative 

Cf. Bibliographie : semestre 5

□ Géographie : La France en Europe

Hélène Lérou (PRAG en géographie)

Recommandation : Enseignement Second degré. La géographie de la France tient une place importante dans les programmes de géographie. Une bonne maîtrise des connaissances de ce territoire par les candidats aux concours d’enseignement est indispensable. Comprendre la géographie d’un territoire permet, notamment, d'y prendre pleinement sa place en tant que citoyen, en lien avec les dynamiques de l'Union européenne. Nous en découvrirons les enjeux didactiques.

Dans un premier temps, les différentes modalités de construction du territoire français sont interrogées. Dans un deuxième temps, à travers une présentation des institutions françaises et européennes, on identifie les principaux acteurs de l’aménagement des territoires. Dans un troisième temps, à travers des études de cas, à différentes échelles, on dégage à l'échelle nationale, les grands traits de l’organisation de l’espace en France, en lien avec la construction d’un espace à l’échelle européenne, dans le cadre de la mondialisation.

L’évaluation repose un examen terminal (3h)

□ Didactique de la géographie pour les concours d’enseignement

Yves Poinsot (professeur de géographie)

Recommandation : Enseignement 1er et Second degré. Cet enseignement vise à doter les étudiants d'une vision claire des fondamentaux de la géographie (décrire et expliquer l'organisation de l'espace, aux différentes échelles) afin que leur approche des questions aux concours de l'enseignement, des programmes de géographie du premier et du second degré, et des contenus qu'ils auront à enseigner, s'adosse à des repères disciplinaires simples, clairs et robustes.

Pour cela, il présente les questions et les épreuves aux programmes de concours, puis, par l'étude critique des manuels du second degré, balaye l'ensemble des contenus qu'on y enseigne, aux différents niveaux, pour dégager les fondements conceptuels et terminologiques de la discipline. Par une lecture comparée des manuels de différents éditeurs, il souligne la diversité des choix éditoriaux, et l'étendue des choix didactiques possibles, discutant les enjeux associés à la marge de liberté dont dispose l'enseignant dans le cadre des programmes.

 

UE 4 Approfondissement disciplinaire (2 EC au choix)
□ Histoire des croyances. Les territoires pyrénéens au cœur des enjeux religieux de l’époque moderne

Philippe Chareyre (professeur d’histoire moderne)

Les territoires nord pyrénéens souverains, le Béarn et la Navarre ont dû faire face aux grands enjeux politiques et religieux qui traversent l’Europe de la Renaissance puis du XVIIe siècle, c’est-à-dire comment les mouvements globaux sont ressentis dans un contexte local. La capacité des princes mais aussi les populations à résister ou à s’adapter notamment dans leurs gestes et leurs croyances sera particulièrement étudiée de même que les réactions des fidèles face aux institutions religieuses et aux normes qu’elles produisent dans cette période de fracture confessionnelle.

Bibliographie

- Audisio (Gabriel), Les Français d'hier. Des croyants (XVe-XIXe siècle), Paris, Colin, 1996.

- Chareyre (Philippe), La formation d’un Etat protestant : Le Béarn au XVIe siècle, Pau, CEPB, 2010.

- Daussy (Hugues) et alii, La Renaissance (1470-1560), Belin sup histoire, 2003.

- Issartel (Thierry), Les chemins de la tolérance en Béarn XVI-XVIIe s., Biarritz, Atlantica, 1999.

- Jouanna (Arlette), dir., La France de la Renaissance. Histoire et dictionnaire, coll. « Bouquins », Paris, Robert Laffont, 2001.

- Lemaitre (Nicole), L’Europe et les Réformes au XVIe siècle, Paris, Ellipses, 2008.

- Muchembled (Robert), Société, cultures et mentalités dans la France moderne XVe au XVIIIe siècle, Colin/VUEF, Paris, 2003.

- Tucoo-Chala (Pierre) et Desplat (Christian), Histoire générale du Béarn souverain, Pau, Princi Negue, 2007.

□ Questions internationales et géopolitiques

Laurent Dornel (maître de conférences en histoire contemporaine)

L’objet des séances sera de comprendre l’évolution des relations internationales depuis la fin du XIXe siècle, d’en souligner les ruptures, les permanences et les principaux acteurs. Seront notamment analysés les rapports de force, les systèmes d’alliance, les doctrines géopolitiques ainsi que les conséquences des grands conflits, « chauds » comme « froids ». Les institutions internationales (ONU et ONG par exemple) et la question du terrorisme international seront l’objet d’une attention particulière et s’inscriront dans une réflexion plus globale sur les conditions d’un ordre mondial pacifique. À partir de l’année 2017-2018, le cours sera beaucoup plus centré sur la période post 1945, avec une attention plus soutenue aux transitions démocratiques des années 1980-1990.

Bibliographie

- Badie (Bertrand) et Smouts (Marie-Claude), Le retournement du monde. Sociologie de la scène internationale, Presses de Sciences Po/Dalloz, 1999.

- Boniface (Pascal), Le monde contemporain : les grandes lignes de partage, Presses Universitaires de France, 2001.

- Charillon (Frédéric), Politique étrangère. Nouveaux regards, Presses de Sciences-Po, 2002.

- Frank (Robert) et Girault (René), Turbulente Europe et nouveaux mondes, 1914-1941, Payot, 2004.

- Frank (Robert) et Girault (René), La loi des géants, 1941-1964, Payot, 2005.

- Gauchon (Pascal), Delannoy (Sylvie) et Huissoud (Jean-Marc), Dictionnaire de géopolitique et de géoéconomie, Presses Universitaires de France, 2011.

- Lacoste (Yves), Géopolitique, Larousse, 2009.

- Milza (Pierre), Les relations internationales  de 1918 à 1939, Armand Colin, 1995.

- Milza (Pierre), Les relations internationales, t.1 1945-1973 et t.2 1973 à nos jours, Hachette, 1996 et 1997.

- Moreau-Desfarges (Philippe), Introduction à la géopolitique, Seuil, 2005.

- Moreau-Desfarges (Philippe), Relations Internationales, Seuil, 2007.

- Renouvin (Pierre) et Duroselle (Jean-Baptiste), Introduction à l’histoire des relations internationales, Armand Colin, 1991.

- Smouts (Marie-Claude), Battistella (Dario) et Venneson (Pascal), Dictionnaire des relations internationales. Approches, concepts, doctrines, Dalloz, 2006.

- Smouts (Marie-Claude), Les nouvelles relations internationales. Pratiques et théories, Presses de Sciences-Po, 1998.

- Smouts (Marie-Claude), Les organisations internationales, Armand Colin, 1995.

- Vaisse (Maurice), Les relations internationales depuis 1945, Armand Colin, 2005.

- Vaisse (Maurice), La paix au 20e siècle, Belin, 2004.

- Vaisse (Maurice), La puissance ou l’influence, Fayard, 2009.

□ Anthropologie des mondes contemporains

Abel Kouvouama (professeur d’anthropologie)

Programme

 - Anthropologie du rite : rites sacrés, rites profanes et sociaux.

- Rites d'institution, rites de transgression

- Rites festifs et invention des sociabilités urbaines et rurales en France et ailleurs.

Présentation

Toutes les sociétés humaines accordent une place plus ou moins importante aux rites. Chaque groupe, chaque micro-société dispose de symboles utilisables lors de la mise en scène de soi et du groupe. Les rites, qu’ils soient profanes et/ou sacrés commandent un ensemble de conduites individuelles et collectives répétitives, ordonnées, le plus souvent codifiées, et nécessitent un support corporel, une adhésion des individus ou des groupes à des valeurs données: rites d'institution, rites de transgression; rites sportifs, politiques, religieux, sociaux, etc. On s’emploiera à comprendre, qu'est-ce qui justifie le recours aux rites? Puis, on tentera d’identifier la trame qui les relie, ainsi que la forme et la densité des réseaux d'interrelations et de sociabilités qui existent entre les individus et les groupes sociaux. A partir de différents apports théoriques et d’une analyse socio-anthropologique comparée des situations actuelles et du vécu des agents sociaux dans les sociétés européennes et africaines, on s’emploiera à comprendre les enjeux des mondes contemporains.

Bibliographie sommaire

- Augé (Marc), Pour une anthropologie des mondes contemporains, Paris, Aubier, 1994.

- Bourdieu (Pierre), Ce que parler veut dire, Paris, Fayard, 1982.

 - Bourdieu (Pierre),  La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Éd. de Minuit, 1979.

- Bromberger (Christian), Le match de football, Ethnologie d’une passion partisane à Marseille, Naples et Turin, Paris, Éd. de la Maison des Sciences de l’Homme, 1995.

- Detrez (Christine), La construction sociale du corps, Paris, Seuil, 2002.

-  Kouvouama (Abel) et alii, Vivre à Brazzaville Modernité et crise au quotidien, Paris, Karthala, 1998.

- Kouvouama (Abel), Modernité africaine. Les figures du politique et du religieux, Paris, Éd. Paari, 2002.

- Feuillet (Michel), Le carnaval, Paris, Cerf, 1991.

- Gennep (Arnold van), Les rites de passage, Paris, Éd. A. et J Picard, 1981.

- Goerg (Odile), Fêtes urbaines en Afrique. Espaces, identités et pouvoirs, Paris, Karthala, 1999.

- Le Breton (David), Anthropologie du corps et modernité, Paris, PUF, 1990.

- Mauss (Marcel),  Sociologie et anthropologie, Introduction de Cl. Lévi-Strauss, Paris, PUF, 1950.

- Maupeu (Hervé), Albert (Christiane) et Kouvouama (Abel), Intellectuels populaires : un paradoxe créatif, Pau, Presses Universitaires de Pau, 2007.

- Revue Rupture-Solidarité, « Rites et dépossessions », nouvelle série n° 5, Paris, Karthala, 2004.

- Ziavoula (Robert), Kouvouama (Abel) et Yengo (Patrice), Les Territoires du sacré. Images, discours, pratiques, Paris, Karthala, 2016.

_________________________________________________________________

 

LICENCE 3 SEMESTRE 5
Parcours « Préparation aux écoles de journalisme et sciences politiques »
UE 1 Histoire contemporaine. La France et les Français d’une crise à l’autre : années 1930 - années 1970

Laurent Dornel (maître de conférences en histoire contemporaine)

Le cours propose d’envisager une séquence particulièrement intense et contrastée de l’histoire de France, celle qui va de la crise des années 1930 à l’autre grande crise, celle des années 1970. Cette période, marquée par de fortes ruptures, est en effet riche en contrastes ; elle connaît certes des moments de croissance économique (les « Trente Glorieuses ») mais semble marquée par un état de crise permanent : crise générale (économique, sociale et politique) des années trente (antiparlementarisme, ligues, antisémitisme, etc.) ; profonde crise pendant la Seconde Guerre mondiale (disparition de la République, collaboration avec l’ennemi, etc.) ; crise de l’immédiat après-guerre (retour des déportés, épuration, naissance d’une nouvelle République, etc.) mais qui apparaît, comme souvent avec les crises, comme un moment de renouveau. La IVe République, si elle permet à la France de retrouver une indéniable croissance économique, n’en reste pas moins marquée par une instabilité politique permanente, une culture de guerre froide clivante, et notamment par les guerres de décolonisation. La Ve République apporte la stabilité institutionnelle espérée, achève la décolonisation et surtout renforce la vocation européenne de la France ; mais les années 1960 sont celles d’une accélération des transformations sociales (immigration, fin des paysans, apogée de la « France ouvrière », début de l’affirmation des femmes et des jeunes comme acteurs politiques). La crise économique des années 1970 – que l’on interprète souvent de nos jours comme  le début de la mondialisation – touche un pays qui connaît déjà de puissants blocages (Michel Crozier, La société bloquée, 1970), mais est marquée par des effets délétères : le chômage de masse devient structurel, les « corporatismes » s’exacerbent, le néo-fascisme s’installe durablement (Front national, Parti des Forces Nouvelles) et la France n’échappe pas aux « années de plomb ».

Le cours magistral sera accompagné de TD qui permettront d’approfondir un certain nombre de thématiques.

Première bibliographie

(une bibliographie plus complète sera donnée au premiers cours)

- Agulhon (Maurice), La République de 1880 à nos jours, 2 vol., Hachette, 2011 (1990).

- Agulhon (Maurice), Nouschi (André), Schor (Ralph), La France de 1914 à 1940, Nathan, 1993 ; et La France de 1940 à nos jours, Nathan, 1995.

- Berstein (Serge) et Milza (Pierre), Histoire de la France au XXe siècle, Complexe, 1985.

- Lequin (Yves), Histoire des Français XIXe-XXe siècles, 3 vol., Colin, 1983-1984.

- Nora (Pierre), Les Lieux de mémoire, Gallimard, 1984-1993.

- Schor (Ralph), Histoire de la société française, Belin, 2004.

- Sirinelli (Jean-François), La France de 1914 à nos jours, PUF, 1993.

- Zeldin (Theodore), Histoire des passions françaises (5 vol. : Ambition et Amour ; Orgueil et intelligence ; Goût et corruption ; Colère et politique ; Anxiété et hypocrisie), 1980-1981 (en anglais entre 1973 et 1977), paru en poche Petit Bibliothèque Payot en 2002.

 

UE 2 L'Etat : Construction, gouvernance et morphogenèse

Damien Connil (chargé de recherche CNRS et enseignant en droit public) et Dimitri Löhrer (maître de conférences en droit public)

L’État est un objet majeur d’étude. Au fil des séances, nous aborderons les principaux questionnements dont l’État a été l’objet. Dans une perspective historique, nous étudierons d’abord ses origines, sa lente formation, sa diffusion à travers le monde et son appropriation dans diverses sociétés. Ensuite, nous reprendrons les analyses de sociologues comme Max Weber, Pierre Bourdieu et Michael Mann. Enfin, les travaux florissants des courants de recherche regroupés dans l’étude des « politiques publiques » seront abordés.

Bibliographie obligatoire

- Braud (Philippe), Penser lÉtat, Paris, Seuil, 2004.

- Picq (Jean), Une histoire de l’État en Europe. Pouvoir, justice et droit du Moyen Âge à nos jours, Paris, Presses de Sciences Po, 2009.

Bibliographie indicative

- Badie (Bertrand) et Birnbaum (Pierre), Sociologie de l’État, Paris, Hachette, 1994.

- Badie (Bertrand), L’État importé. Essai sur l’occidentalisation de l’ordre politique, Paris, Fayard, 1992.

- Bayart (Jean-François), L’État en Afrique, Paris, Fayard, 2006.

- Bezes (Philippe), Réinventer l’État. Les réformes de l’administration française (1962-2008), Paris, PUF, 2009.

- Bourdieu (Pierre), La noblesse de l’État. Grandes Écoles et esprit de corps, Paris, Éditions de Minuit, 1989.

- Bourdieu (Pierre), Raisons pratiques. Sur la théorie de l’action, Paris, Seuil, 1994.

- Boussaguet (Laurie) et alii, éd., Dictionnaire des politiques publiques, Paris, Presses de Sciences Po, 2004.

- Cohen (Samy), La résistance des États. Les démocraties face aux défis de la mondialisation, Paris, Seuil, 2003.

- Dreyfus (François) et Eymeri (Jean-Michel), éd., Sciences politique de l’administration. Une approche comparative, Paris, Économica, 2006.

- Foucault (Michel), Dits et écrits, 2 tomes (1954-1988 et 1976-1988), Paris, PUF, 1988.

- Mann (Michael), The sources of social Power, 2 volumes, Cambridge, Cambridge University Press, 1986-1993.

- Muller (Pierre), Les politiques publiques, Paris, PUF, 2003.

- Rosanvallon (Pierre), L’État en France, Paris, Seuil, 1990.

- Wallerstein (Immanuel), Comprendre le monde. Introduction à l’analyse des systèmes-monde, Paris, La Découverte, 2006.

 

UE 3 Environnement institutionnel européen

Stéphanie Rabiller (maîtresse de conférences en droit public)

Le cours sur le droit européen aborde la construction de l’U.E., son évolution actuelle : les modifications introduites par le traité de Lisbonne, l’adhésion à la Convention européenne des droits de l’Homme, ses élargissements (enjeux et évolutions), les droits fondamentaux (avec les problèmes de la citoyenneté européenne et la question de Schengen), le triangle institutionnel : Commission / Parlement / Conseil, le processus décisionnel (procédure législative, adoption des textes), le rôle et le poids des nouvelles instances (Président de l’U.E., Haut représentant des affaires étrangères), les recours devant la Cour de justice de l’U.E. 

Bibliographie

- Blumann (Claude) et Dubouis (Louis), Droit institutionnel de l’Union européenne, Paris, Lexis Nexis-Litec, 2010.

- Boutayeb (Chahira), Droit et institutions de l’Union européenne. La dynamique des pouvoirs, Paris, LGDJ, 2011.

- Grandguillot (Dominique), L’Union européenne après le traité de Lisbonne, Paris, Gualino, 2010.

- Zarka (Jean-Claude), L’essentiel des institutions de l’Union européenne, Paris, Gualino, 2011.

 

UE 4 Histoire des idées politiques de l’Antiquité à la Révolution française

Frédéric Bidouze (maître de conférences en histoire moderne)

Cet enseignement vise à faciliter l’apprentissage de la politique des temps contemporains en abordant des cadres chronologiques différents de l’Antiquité gréco-romaine à la Révolution française en passant par la chrétienté du Moyen Âge et la modernité de l’Ancien Régime. Idées politiques et/ou pensée politique, doctrines et idéologies, théories et pratiques politiques, tels sont avec leurs textes fondateurs, les jalons de cette UP de 24 h.

Bibliographie

Petit manuel très accessible : Guerrero (Nicolas), Systèmes politiques et histoire des idées, Sciences Po, Studyrama, 2012.

Manuel complet : Nay (Olivier), Histoire des idées politiques, Armand Colin Coll. U, 2004.

Outil de travail : Raynaud (Philippe) et Rials (Stéphane), dir., Dictionnaire de philosophie politique, Puf Quadrige, 1996.

 

UE 5 Les enjeux de la mondialisation contemporaine

Laurent Dornel (maître de conférences en histoire contemporaine)

Ce cours de 24 h a pour objectif d’aider à la compréhension des principales mutations géo-économiques intervenues depuis la « crise » des années 1970 : fin du tayloro-fordisme et affirmation d’une nouvelle configuration de la « mondialisation », importance nouvelle des réseaux, redéfinition du rôle des Etats (quelle souveraineté ? quid des frontières ?...), nouvelles formes de gouvernance. On cherchera également à éclairer le fonctionnement du capitalisme financier tel qu’il s’impose depuis une trentaine d’années, au prix de crises toujours plus intenses.

La bibliographie sur la mondialisation est très abondante et pluridisciplinaire. La bibliographie qui suit ne saurait être exhaustive. Il s’agit d’une sélection « introductive » effectuée parmi les publications générales « de base » (notamment les dictionnaires, par lesquels je vous conseille de commencer, afin de définir les principales notions). Les approches géographiques de la mondialisation ont été privilégiées. Sont également présentés quelques essais sur le sujet, nécessairement plus polémiques, mais apportant des éclairages enrichissants, ainsi que quelques sites internet utiles. Cette bibliographie, qui permet un premier cadrage général, sera complétée ultérieurement par des publications se référant à des thématiques plus précises en relation avec les différents sujets abordés au cours de la préparation.

Bibliographie

Manuels, ouvrages généraux « de base » :

- Adda (Jacques), La mondialisation de l’économie : de la genèse à la crise, La Découverte, 2012. (Pour approfondir. C’est clair mais parfois un peu ardu).

- Ardina (Jacques), Comprendre la mondialisation en 10 leçons, Ellipses, 2012. (Très bien fait, petite bibliographie à la fin de chaque chapitre, glossaire assez fourni en fon d’ouvrage.)

- Balaresque (Nicolas), La mondialisation contemporaine : rapports de force et enjeux, Nathan, 2013. (Manuel assez complet et accessible.)

- Buchy (Frédéric) et Dallenne (Pierre), La mondialisation : nouvelles dynamiques géopolitiques et géoéconomiques, Ellipses, 2013. [Manuel très accessible et plutôt assez bien fait).

- Carroué (Laurent), Géographie de la mondialisation, Paris, Armand Colin, 2002.

- Carroué (Laurent) et alii, La Mondialisation, Bréal, 2006.

- Defarges (Philippe), La mondialisation, 9e éd., PUF, « Que sais-je ? », 2012 (ebook).

- Dollfus (Olivier), La mondialisation, Presses d Science Po, Paris, 2001.

- Grataloup (Christian), Géohistoire de la mondialisation. Le temps long du Monde, Armand Colin, Coll. « U », Paris, 2010.

- Huwart (Jean-Yves) et Verdier (Loïc), La mondialisation économique : origines et conséquences,Paris  OCDE, 2013.  

- Manzagol (Claude), La mondialisation, données, mécanismes et enjeux, Armand Colin, Coll. Campus, 2003.

- Retaillé (Denis), dir., La mondialisation, Nathan, 2007 ; et : Les Lieux de la Mondialisation, Le Cavalier bleu, 2012 (ebook).

Atlas :

- Durand (Marie-Françoise) et alii,
Atlas de la mondialisation : comprendre l'espace mondial contemporain 6e ed. - Paris : Presses de Sciences-Po, 2013.

Dictionnaires, encyclopédies de géographie :

- Ghorra-Gobin (Cynthia), dir., Dictionnaire critique de la mondialisation, A. Colin, 2012.

Revues et numéros spéciaux :

- Dortier (Jean-François) et de la Vega (Xavier), coord., « Dix questions sur la mondialisation », Sciences Humaines, n°180, pp. 27-58, mars 2007. Utile pour balayer rapidement les principales thématiques et questionnements de la mondialisation

- http//www.mappemonde.mgm.fr Revue de géographie en ligne, plusieurs articles sur la mondialisation Notamment : http://mappemonde.mgm.fr/num12/articles/art06401.html (Cet article reprend ceux qui ont été écrits dans la revue Mappemonde depuis 1993 sur le thème de la mondialisation.

- « Mondialisation & démondialisation » in : Alternatives économiques, n° 101, 2014, 3e trimestre, 82 p., Hors-série.

- « La Fin de la mondialisation ? », Alternatives économiques, n° 364, 2017/1.

Quelques ouvrages, essais plus polémiques :

- Badie (Bertrand), La fin des territoires, Fayard, 1995.

- Berger (Suzanne), Made in monde - Les nouvelles frontières de l’économie mondiale, Le Seuil, 2006.

- Bourguignon (François), La mondialisation de l’inégalité, Le Seuil, 2012.

- Brunel (Sylvie), La planète disneylandisée, Chroniques d’un tour du monde, Editions sciences humaines, 2006.

- Cohen (Daniel), La mondialisation et ses ennemis, Hachette littératures, 2011.

- Friedman (Thomas), La terre est plate, une brève histoire du XXI, St Simon, 2006.

- Huntington (Samuel), Le choc des civilisations, Odile Jacob , 2002.

- Kempf (Hervé,) Fin de l’Occident, naissance du monde, Le Seuil, 2013.

- Ohmae (Kenichi), De l’Etat nation aux Etats régions, Dunod, Paris, 1996.

- Stiglitz (Joseph), La grande désillusion, Paris, Livre de poche, Fayard, Paris, 2002.

- Traoré (Aminata), Le viol de l’imaginaire, Hachette, 2004.

La mondialisation et la crise vues par les écrivains :

- Coe (Jonathan), Testament à l’anglaise, Gallimard, 1995.

- Meyronnis (François), Proclamation sur la vraie crise mondiale, Les Liens qui libèrent, 2014.

- Orsenna (Erik), Voyage au pays du coton. Petit précis de mondialisation, Fayard, 2006. Et aussi : Sur la route du papier, Stock, 2012.

Sitographie (inspirée en partie de la sitographie très complète présentée dans l’ouvrage de Retaillé D., 2007) :

- http://www.la documentationfrançaise.fr/ Des dossiers thématiques intéressants.

Sites géographiques :

- http//geoconfluences.ens-lsh.fr/ Propose des éléments d’accompagnement de cours, des articles, des liens. Plusieurs dossiers peuvent concerner la mondialisation (de villes en métropole, la Chine, etc.)

- http://fig-st-die.education.fr Mise en ligne des actes des FIG, dont certains sont en lien avec la question de la mondialisation.

- http://www.cybergeo.presse.fr Revue de géographie en ligne. Articles, compte rendus d’ouvrages. Sommaires des principales revues de géographie.

- http://www.cafe-geo.net/ Cartographier la mondialisation

- http://www.sciences-po.fr/cartographie/em/index.html

- http://www.monde-diplomatique.fr/cartes Sites des grandes institutions internationales

- http://www.undp.org/ Programme des Nations unies pour le développement. Sur la question des écarts de développement dans le monde.

- http://www.wto.org/ Site de l’OMC.

- http://www.banquemondiale.org/Des « dossiers du moment »,

 

UE 6 Culture générale

Jérôme Slonina (maître de conférences en histoire du droit) et Philippe Ducat (PRCE de philosophie)

Le cours s’articule en séances thématiques sur les grands sujets de culture générale que l’on peut retrouver dans les différents concours : la laïcité, la famille, le travail, la mondialisation, la ville, la santé, l’environnement, l’école, la culture, le sport...

Bibliographie

- Arendt (Hannah), La crise de la culture : huit exercices de pensée politique, Gallimard, Folio essais, 1989.

- Finkielkraut (Alain), La défaite de la pensé »e, Gallimard, Folio essais, 1989.

- Freud (Sigmund), Nouvelles conférences d’introduction à la psychanalyse, Gallimard, Folio essais, 1989.

- Henry (Michel), La barbarie, Coll. Quadrige, PUF, 2004.

- Lévi-Strauss (Claude), La pensée sauvage, Plon, 1990.

- Mattéi (Jean-François), La barbarie intérieure : essai sur l’immonde moderne, Coll. Quadrige, PUF, 2004.

 

UE 7 Anglais

 

UE Libre

 

________________________________________________________________

LICENCE 3 SEMESTRE 6
Parcours « Préparation aux écoles de journalisme et sciences politiques »
UE 1 Questions internationales et géopolitiques

Laurent Dornel (maître de conférences en histoire contemporaine) 

L’objet des séances sera de comprendre l’évolution des relations internationales depuis la fin du XIXe siècle, d’en souligner les ruptures, les permanences et les principaux acteurs. Seront notamment analysés les rapports de force, les systèmes d’alliance, les doctrines géopolitiques ainsi que les conséquences des grands conflits, « chauds » comme « froids ». Les institutions internationales (ONU et ONG par exemple) et la question du terrorisme international seront l’objet d’une attention particulière et s’inscriront dans une réflexion plus globale sur les conditions d’un ordre mondial pacifique. À partir de l’année 2017-2018, le cours sera beaucoup plus centré sur la période post 1945, avec une attention plus soutenue aux transitions démocratiques des années 1980-1990.

Bibliographie

- Badie (Bertrand) et Smouts (Marie-Claude), Le retournement du monde. Sociologie de la scène internationale, Presses de Sciences Po/Dalloz, 1999.

- Boniface (Pascal), Le monde contemporain : les grandes lignes de partage, Presses Universitaires de France, 2001.

- Charillon (Frédéric), Politique étrangère. Nouveaux regards, Presses de Sciences-Po, 2002.

- Frank (Robert) et Girault (René), Turbulente Europe et nouveaux mondes, 1914-1941, Payot, 2004.

- Frank (Robert) et Girault (René), La loi des géants, 1941-1964, Payot, 2005.

- Gauchon (Pascal), Delannoy (Sylvie) et Huissoud (Jean-Marc), Dictionnaire de géopolitique et de géoéconomie, Presses Universitaires de France, 2011.

- Lacoste (Yves), Géopolitique, Larousse, 2009.

- Milza (Pierre), Les relations internationales  de 1918 à 1939, Armand Colin, 1995.

- Milza (Pierre), Les relations internationales, t.1 1945-1973 et t.2 1973 à nos jours, Hachette, 1996 et 1997.

- Moreau-Desfarges (Philippe), Introduction à la géopolitique, Seuil, 2005.

- Moreau-Desfarges (Philippe), Relations Internationales, Seuil, 2007.

- Renouvin (Pierre) et Duroselle (Jean-Baptiste), Introduction à l’histoire des relations internationales, Armand Colin, 1991.

- Smouts (Marie-Claude), Battistella (Dario) et Venneson (Pascal), Dictionnaire des relations internationales. Approches, concepts, doctrines, Dalloz, 2006.

- Smouts (Marie-Claude), Les nouvelles relations internationales. Pratiques et théories, Presses de Sciences-Po, 1998.

- Smouts (Marie-Claude), Les organisations internationales, Armand Colin, 1995.

- Vaisse (Maurice), Les relations internationales depuis 1945, Armand Colin, 2005.

- Vaisse (Maurice), La paix au 20e siècle, Belin, 2004.

- Vaisse (Maurice), La puissance ou l’influence, Fayard, 2009.

 

UE 2 Opinions publiques et Mass media

Christian Thibon (professeur d’histoire contemporaine) et Hervé Maupeu (maître de conférences en sciences politiques)

 

UE 3 Institutions publiques

Dimitri Löhrer (maître de conférences en droit public) et Françoise Sempé (maîtresse de conférences en droit public)

 

UE 4 Histoire économique de l'Europe

Cyrille Marconi (maître de conférences en histoire du droit des institutions)

 

UE 5 Culture générale

Jérôme Slonina (maître de conférences en histoire du droit) et Philippe Ducat (PRCE de philosophie)

Le cours s’articule en séances thématiques sur les grands sujets de culture générale que l’on peut retrouver dans les différents concours : la laïcité, la famille, le travail, la mondialisation, la ville, la santé, l’environnement, l’école, la culture, le sport...

Bibliographie

Cf. Bibliographie semestre 5

 

UE 6 Méthodologie des concours (écoles de journalisme et I.E.P.)

Francis Larrieu (chargé de cours en histoire contemporaine)

 

UE 7 Anglais

Organisation de la formation

  • Première année
    • Semestre 1
      • UE Histoire moderne (8 crédits ECTS)
      • UE Histoire contemporaine
      • UE 3 Compétences transversales
        • EC Méthodologie du travail universitaire
        • EC Langue vivante
      • UE 4 Découverte du domaine
        • EC Introduction à la géographie
        • EC Introduction à la sociologie
        • EC Introduction à l'histoire de l'art et archéologie
        • EC Introduction à l'histoire
      • UE 5 Découverte de la mention
        • EC Anthropologie sociale et historique
        • EC Mondes ibériques modernes
        • EC Histoire culturelle contemporaine
        • EC Histoire de l'art contemporain
      • UE 6 Option
    • Semestre 2
      • UE 1 Histoire ancienne
      • UE 2 Histoire médiévale
      • UE 3 Compétences transversales
        • EC Historiographie
        • EC Langue vivante
        • EC Projet personnel de l'étudiant
      • UE 4 Découverte du domaine
      • UE 5 découverte de la mention
        • EC Anthropologie du fait religieux
        • EC Mondes ibériques contemporains
        • EC Histoire culturelle ancienne
        • EC Archéologie antique et médiévale
      • UE 6 Libre
  • Seconde année
    • Semestre 3
      • UE 1 Histoire ancienne
      • UE 2 Histoire médiévale
      • UE 3 Compétences transversales
        • EC Méthodologie du travail universitaire
        • EC Langue vivante
        • EC Grandes oeuvres historiques
      • UE 4 Approche d'une spécialisation
        • EC Histoire culturelle médiévale
        • EC Anthropologie : modernité, développement
        • EC Mondes ibériques anciens
        • EC Géographie : politiques environnementales
        • EC Géographie humaine
        • EC Archéologie antique romaine
        • EC Archéologie du monde grec
        • EC Histoire de l'art moderne
      • UE 5 Libre
    • Semestre 4
      • UE 1 Histoire moderne
      • UE 2 Histoire contemporaine
      • UE 3 Compétences transversales
        • EC Historiographie
        • EC Langue vivante
        • EC Culture numérique
        • EC Grandes oeuvres historiques
      • UE 4 Approche d'une spécialisation
        • EC Histoire culturelle moderne
        • EC Histoire économique
        • EC Anthropologie : espaces et cultures
        • EC Mondes ibériques médiévaux
          • EC Géographie : aires culturelles et mondialisation
        • EC Géographie : dynamiques agricoles et ressources dans le monde
        • EC Histoire de l'art contemporain
        • EC Habitat et vie privée
      • UE 5 Libre
  • Troisième année parcours 1 (Recherche et enseignement)
    • Semestre 5
      • UE 1 Histoire moderne
      • UE 2 Histoire contemporaine
      • UE 3 Compétences transversales
        • EC Culture numérique
        • EC Langue vivante
      • UE 4 Approche d'une spécialisation
        • EC Atelier de l'historien (anthropologie et histoire contemporaine)
        • EC Atelier de l'historien (histoire médiévale et histoire moderne)
        • EC Professorat des écoles (français)
        • EC Professorat des écoles (mathématiques)
        • EC Méthodologie des concours (CRPE et CAPES)
        • EC Géographie : la mondialisation, du local au global ?
      • UE 5 Approfondissement disciplinaire
        • EC Approches pluridisciplinaires de l'histoire
        • EC Mondes extra-européens
        • EC Histoire des idées politiques de l'Antiquité à la Révolution française
        • EC Anthropologie politique : Etat et mondialisation en Afrique
      • UE 6 Libre
    • Semestre 6
      • UE 1 Histoire ancienne
      • UE 2 Histoire médiévale
      • UE 3 Approche d'une spécialisation
        • EC Atelier de l'historien (histoire ancienne)
        • EC Atelier de l'historien (histoire médiévale et histoire moderne)
        • EC Professorat des écoles (français)
        • EC Professorat des écoles (mathématiques)
        • EC Méthodologie des concours (CRPE et CAPES)
        • EC Géographie : la France en Europe
        • EC Didactique de la géographie pour les concours d'enseignement
      • UE 4 Approfondissement disciplinaire
        • EC Histoire des croyances
        • EC Questions internationales et géopolitiques
        • EC Anthropologie des mondes contemporains
  • Troisième année parcours 2 (journalisme et sciences politiques)
    • Semestre 5
      • UE 1 Histoire contemporaine
      • UE 2 L'Etat : construction, gouvernance et morphogenèse
      • UE 3 Environnement institutionnel européen
      • UE 4 Histoire des idées politiques de l'Antiquité à la Révolution française
      • UE 5 Les enjeux de la mondialisation contemporaine
      • UE 6 Culture générale
      • UE 7 Anglais
      • UE 8 Libre
    • Semestre 6
      • UE 1 Question internationales et geopolitiques
      • UE 2 Opinions publiques et Mass media
      • UE 3 Institutions publiques
      • UE 4 Histoire économique de l'Europe
      • UE 5 Culture générale
      • UE 6 Méthodologie des concours (écoles de journalisme et IEP)
      • UE 7 Anglais

Et après

Fiches métiers ROME

  • K1401: Conception et pilotage de la politique des pouvoirs publics
  • K1602: Gestion de patrimoine culturel
  • K1601: Gestion de l'information et de la documentation
  • K2111: Formation professionnelle
  • K2401: Recherche en sciences de l'homme et de la socité

Référentiel NSF

  • 126 Histoire

Contact(s)

Composante

Lieu(x) de la formation

  • Pau

Responsable(s)

Caporossi Olivier

Email : olivier.caporossi @ univ-pau.fr

Bidouze Frédéric

Email : frederic.bidouze @ univ-pau.fr

Lamazou-Duplan Véronique


Tél : +33 559407335

Email : veronique.lamazou-duplan @ univ-pau.fr

BIDOT-GERMA Dominique

Responsable de formation master MEEF parcours histoire géographie

Avenue du Doyen Poplawski
BP 1160
64013 PAU Cedex
Tél : 05.59.40.73.35

Email : dominique.bidot-germa @ univ-pau.fr

Contact(s) administratif(s)

Robert Delphine


Tél : 05.59.40.73.14

Email : delphine.robert @ univ-pau.fr

Plus d'infos

Crédits ECTS 180

Durée 3 ans

Niveau d'étude
BAC +3

Public concerné

  • Formation continue
  • Formation initiale

Nature de la formation
Diplôme

Langue d'enseignement Français

Niveau RNCP
Niveau II

Référentiel RNCP
24430

A télécharger

Plaquette (587 Ko)