Flavie

  • Aide
  • Recherche
  • RSS
  • Google +
  • Facebook
  • Twitter
UFR Lettres, langues, sciences humaines, sport
PDF

Licence LLCE anglais et Master Rhétorique des Arts : Flavie23 ans : Doctorante

 

"Grâce à ma formation en licence d'anglais, je peux à mon tour faire découvrir les œuvres que j'ai aimées…"

Son bas S en poche, Flavie a choisi de suivre la licence LLCE Anglais. "Je voulais approfondir l’étude d’une langue, d'une littérature, d’une culture différente, et je désirais voyager." Pendant sa formation, elle a pu vivre et étudier pendant un semestre au Pays-de-Galles, dans le cadre du programme Erasmus. Après sa licence, elle a continué ses études. "J'ai opté pour le Master « Rhétoriques des Arts » qui m’attirait en tant que musicienne de formation classique, pour l’ouverture que ce cursus théorique multidisciplinaire pouvait m’apporter." Cette formation lui a inspiré beaucoup d'intérêt pour toutes les questions liées aux relations entre les arts et c'est pourquoi elle prépare actuellement une thèse, au sein du laboratoire de recherche du Centre Inter-Critique des Arts du Domaine Anglophone.

Flavie est doctorante. "Cela consiste principalement et de façon schématique à « lire et écrire »." Ce travail de recherche lui permet, au fil de ses lectures, de développer ses connaissances dans le domaine de l'art et des discours sur l'art. "Ma licence d'anglais m'aide au quotidien - – la plupart des articles scientifiques étant rédigés en langue anglaise." Il permet aussi de mettre en œuvre des capacités de réflexion, d'organisation, de rigueur, dans un travail à long terme qui, selon elle, "nécessite une détermination à toute épreuve".

Et Flavie explique bien ce qu’implique le travail de recherche. "Il peut être difficile de trouver et surtout de maintenir une motivation pour rester concentrée sur son travail quand on n'a aucune obligation ou aucune échéance régulière : selon l'image consacrée, le doctorant travaille tout seul, dans sa « tour d'ivoire »." Son travail comporte certes une grande part de liberté mais, comme elle le souligne, "il faut se fixer soi-même des objectifs et tenter de s'y tenir jusqu'à les atteindre". Ces contraintes sont compensées par tous les à-côtés qui permettent un regard nouveau sur une recherche qui doit évoluer. "Je fréquente beaucoup de manifestations culturelles, sorties que je considère comme des moments de détente et de loisir, mais que j'appréhende aussi comme autant de possibilités d'application ou d'approfondissement de ma recherche et de mon travail personnel." Par ailleurs, il faut savoir aussi qu'il est très conseillé de participer à des colloques, de proposer des communications, de fournir des publications dans des revues.

Parallèlement, elle occupe un poste de monitrice au département d'anglais. "Je dispense 4h de TD par semaine et, même si cela demande beaucoup de temps de préparation, cela m'aide aussi car ce rendez-vous hebdomadaire permet de maintenir un certain rythme." De plus, faire découvrir des textes, des idées, et épauler les étudiants dans leur apprentissage de la langue anglaise est un réel plaisir pour Flavie. "Grâce à ma licence d'anglais, je peux à mon tour faire découvrir les œuvres que j'ai aimées, et je me sers de mon expérience d'étudiante pour comprendre leurs attentes". Cependant, elle souligne une difficulté : faire participer les étudiants en classe ; "c'est fatiguant d'être dans la position de ‘l’animatrice’ d'une séance de travail ! Mais il faut prendre cela comme un exercice de théâtre, s'amuser à élaborer des stratégies pour tenter d'intéresser et de faire réagir son auditoire – et surtout bien dormir la veille !"