Sarah

  • Aide
  • Recherche
  • RSS
  • Google +
  • Facebook
  • Twitter
UFR Lettres, langues, sciences humaines, sport
PDF

Licence LLCE anglais : SarahEnseignante à Bornéo

 

"Je suis détachée de l’éducation nationale auprès de la Mission Laïque Française, pour qui j’enseigne dans une école d’entreprise... "

Bac S en poche, tout prédestinait Sarah à des études scientifiques mais elle a choisi une toute autre voie. "J’aimais beaucoup la biologie mais ne me voyais pas vraiment continuer dans cette voie pour travailler dans un laboratoire ou faire de la recherche." Sarah a suivi la licence d’anglais. "J’ai adoré tous les cours y compris ceux de civilisation, malgré mes réticences depuis toujours quant à l’histoire en général."

Sa licence obtenue, un poste d’assistante de français lui a été proposé dans une Prep School dans l’East Sussex, en Angleterre. "J’ai tout de suite eu d’excellents rapports avec l’équipe pédagogique, et apprécié le travail et la vie là-bas." Elle a pu rester 2 ans et lors de sa 2ème année, elle a préparé son mémoire de master ainsi que le CAPES. "J’ai été reçue au CAPES et ai soutenu mon mémoire." Sarah est alors définitivement rentrée en France. "J’ai fait mon stage au Lycée Gaston Crampe d’Aire sur l’Adour. J’enseignais l’anglais auprès d’une 1ère génie mécanique et d’une terminale génie électrotechnique."

Parallèlement, elle avait pour projet de travailler à l’étranger. Elle a donc proposé sa candidature pour l’AEFE (Agence pour l’Enseignement Français à l’Etranger). Après quelques démarches et une série d’entretiens, elle a obtenu un poste de professeur d’anglais à l’école de Balikpapan, en Indonésie. "Je suis détachée de l’éducation nationale auprès de la Mission Laïque Française, pour laquelle j’enseigne dans une école d’entreprise : une école française, financée par une entreprise, pour les besoins de ses employés expatriés." Sarah assure les cours d’anglais du CM1 à la 3ème, ainsi que les cours d’éducation musicale et d’arts visuels pour le collège. "Je participe aussi à des IDD (itinéraire de découverte) et anime, comme tous mes collègues, une activité périscolaire."

La MLF recrute en priorité des enseignants polyvalents et disposés à faire beaucoup de choses. "Cela nous permet de diversifier nos compétences, de voir les élèves dans des contextes différents. Mais, en contrepartie, nous faisons beaucoup d’heures et les fins de périodes sont souvent fatigantes." Par ailleurs, ce type d’établissement, permet de réaliser des projets ambitieux. "Nous avons eu, avec ma collègue, la possibilité d’emmener sa classe en voyage scolaire en Australie. J’ai également accompagné des élèves de collège à Hong-Kong puis à Shanghai dans le cadre des ‘rencontres théâtrales d’Asie’. Tous ces séjours se sont avérés être des expériences professionnelles et humaines uniques, auxquelles j’ai participé avec beaucoup d’enthousiasme."

Avec le recul, Sarah regrette de ne pas avoir choisi l’option FLE. "En travaillant à l’étranger, je me rends compte que cela m’aurait été utile." Elle ajoute : "à la fac, on apprend à aimer une matière, mais ce n’est pas suffisant. Le métier d’enseignant s’apprend sur le terrain".

Si Sarah a un conseil à donner, c’est de bien réfléchir avant de se lancer dans cette voie. "J’adore mon métier tout autant que j’ai aimé les études qui m’y ont conduite, mais il faut vraiment être motivé et avoir des nerfs solides pour se lancer dans cette profession ; être bon dans sa matière de prédilection ne suffit pas, enseigner requiert bien d’autres qualités que l’on ne découvre souvent que trop tard."

Enfin, elle insiste sur la nécessité d’un séjour d’au moins un an dans le pays dont on apprend la langue. "C’est généralement la meilleure année d’étude que l’on peut imaginer !"