Aurélie R.

  • Aide
  • Recherche
  • RSS
  • Google +
  • Facebook
  • Twitter
UFR Lettres, langues, sciences humaines, sport

Histoire de l'art

Secrétariat histoire de l'art et archéologie

Lundi, mardi, mercredi, jeudi : 9h30-12h 13h30-16h30 et le vendredi 9h30-12h 13h30-15h30

secretariat.art@univ-pau.fr (secretariat.art @ univ-pau.fr)

Tél : 05-59-40-73-38

 

Secrétariat Master

Lundi, mardi, jeudi 9h-11h30 14h-16h30

mastercas@univ-pau.fr (mastercas @ univ-pau.fr)

Tél : 05-59-40-77-90

PDF

Histoire de l'art : Aurélie R.

Emploi :

Chargée d'études et de recherches (contractuelle) à l'Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP) Nord Picardie

 

Quel a été votre parcours après la licence histoire de l’art et archéologie ?

Mon parcours à l'UPPA s'est achevé avec l'obtention de mon Master 2 en 2005. Celui-ci m'a permis d'une part de présenter mes travaux lors de plusieurs conférences sur cette thématique et de me faire connaître auprès des chercheurs; puis de participer à des projets collectifs de recherche.

Puis, je suis passée par un parcours du combattant pour pouvoir trouver mon premier emploi d'archéologue. Dans un premier temps, j'ai réussi à me faire embaucher comme stagiaire puis comme vacataire au sein des monuments historiques. Puis, à force de courage, d'investissement et d'appels auprès des professionnels de l'archéologie, j'ai réussi à avoir des contrats en tant que technicienne d'opération. Pour cela, les stages et le bénévolat effectués pendant ma scolarité ont été indispensables ; ainsi que le fait de me déplacer dans d'autres régions que le sud-ouest. Il faut vraiment être motivé !

 

Pouvez-vous décrire les principales missions que vous exercez dans le cadre de votre emploi actuel ?

Aujourd'hui, après être passé par les postes de technicienne d'opération puis responsable de secteur, je suis devenue responsable d'opération archéologique. Mes principales tâches sont la gestion d'équipe, l'administratif, la bonne tenue d'un chantier de fouilles ; la réflexion sur les choix stratégiques pour mener à bien une fouille dans des délais assez courts et avec un budget restreint. Dans un second temps, mes tâches consistent à rédiger, à mettre au propre les données de fouille pour la publication d'un rapport et la présentation des résultats à un public large comme aux scientifiques ; et à coordonner un travail avec les spécialistes et le SRA (Service Régional de l’Archéologie) pour obtenir les meilleurs résultats possibles.

 

En quoi la formation d’histoire de l’art vous a-t-elle été utile pour accéder à cette fonction et aujourd'hui l'exercer ?

Cette formation m'a permis de profiter d'opportunités de stages et de bénévolat, de rencontrer les acteurs de l'archéologie. Elle m'a également permis d'apprendre à faire des recherches bibliographiques et savoir présenter des résultats au public dans des temps restreints et de manière intelligible.

 

Quelles compétences utiles à l'exercice de votre profession, avez-vous acquises au cours de la formation histoire de l’art et archéologie ?

La présentation à un public, la recherche bibliographique, la chronologie de différentes périodes, le fait de pouvoir décrire et comprendre un objet, un bâtiment, un site.

 

En quoi estimez-vous que vos études au département d’histoire de l’art ont contribué à la réussite de votre cursus universitaire et à la construction de votre projet professionnel ?

Cette formation m'a permis de rencontrer une équipe d'enseignants qui m'ont soutenue et orientée vers mes choix professionnels même si ceux-ci pouvaient être de premier abord difficiles à réaliser. J'ai vraiment eu l'impression d'avoir été soutenue tout le long de ma scolarité. Par ailleurs, l'UPPA m'a permis de rencontrer des acteurs du métier que j'avais choisi et de faire des stages dans le milieu professionnel concerné. Enfin, la formation en histoire de l'art plus présente que l'archéologie (à l'époque) m'a permis d'acquérir des compétences descriptives et une bonne culture générale.

 

Quels souvenirs gardez-vous de vos études au département d’Histoire de l’art à l'UPPA ?

Ce sont pour moi de très bons souvenirs, il y avait une bonne équipe de chercheurs motivés, un enseignement de qualité et la possibilité de faire des recherches sur une thématique particulière et sur des régions très différentes ; on n’était pas obligé de se borner, si on le souhaitait, à l'étude d'une région particulière (ce que me demande mon métier actuellement étant donné que je suis amenée à me déplacer de régions en régions).