Magali

  • Aide
  • Recherche
  • RSS
  • Google +
  • Facebook
  • Twitter
UFR Lettres, langues, sciences humaines, sport

Contacts Lettres

UFR LLSH - dép. Lettres Classiques et Modernes

Av. du Doyen Poplawski BP 1160

64013 PAU Université Cedex

 

HORAIRES

Du lundi au vendredi de 9h à 12h30 et de 13h30 à 15h30

lettres.modernes-classiques@univ-pau.fr (lettres.modernes-classiques @ univ-pau.fr)

 

Tél : 05 59 40 73 17

Fax : 05 59 40 79 50

PDF
Vous êtes ici :

Lettres modernes : Magali

 

J’ai toujours été passionnée par la littérature et la grammaire. Après le bac, je me suis donc lancée dans des études de lettres modernes. "Études de lettres modernes" oui, mais pas à Bordeaux, ma ville d’origine. Je voulais une université à taille humaine, cela est très rassurant lorsque l’on sort du lycée.

Je suis donc allée à Pau et je n’ai pas regretté mon choix. Les cours étaient intéressants et assurés par de très bons professeurs qui étaient toujours disponibles. Il m’est arrivé de prendre rendez-vous avec des enseignants pour éclaircir des points de cours que je n’avais pas compris. Je ne pense pas que cela puisse se faire dans toutes les universités. Tous les professeurs nous connaissaient individuellement, et cela m’a beaucoup plu. Au cours des trois années de licence, nous avions des cours « généraux »: littérature française, linguistique, stylistique… Ils nous ont permis d’avoir un bon bagage littéraire et linguistique, ce qui s’est révélé très utile pour la suite (j’ai en effet préparé le CAPES). En plus de ces cours fondamentaux, nous avions des choix d’options qui visaient à élargir notre culture : peinture, culture générale, langues, littérature de voyage, etc. C’était très intéressant d’avoir des cours variés. Ma plus grande découverte a été le latin! J’avais de mauvais souvenirs des cours du collège et j’avais peur d’être perdue en arrivant à la fac. Mais je me suis trompée! On apprend le latin comme une langue vivante à Pau et on reprend toutes les bases en première année. Alors pas de panique pour les débutants! J’ai continué le latin jusqu’en L3 et cela m’a beaucoup servi. En effet, l’étude de la grammaire latine m’a beaucoup aidée pour celle de la grammaire française. Lorsque j’ai préparé le CAPES, mes connaissances en latin m’ont bien servi dans certaines matières. C’est également grâce à cet intérêt pour la grammaire que j’ai poursuivi en Master Recherche. Les deux années de Master m’ont passionnée car j’ai travaillé chaque année sur un sujet qui me plaisait. En outre, il faut désormais un bac+5 pour passer les concours de l’enseignement donc je ne voulais pas m’arrêter à la licence. En effet, j’ai toujours voulu être professeur. Et puis deux années de plus à Pau, ça ne me dérangeait pas du tout, loin de là.

Lors de ma première année de Master, j’ai eu la possibilité de partir en Suède grâce au programme ERASMUS. L’Université de Pau a plusieurs contacts avec des universités européennes. J’ai choisi la Suède parce que j’avais rencontré une Suédoise à Pau et nous avions décidé de vivre en collocation en Suède. En outre, je voulais pratiquer mon anglais et les Suédois sont tous bilingues. ERASMUS est une très belle expérience! Ce fut un grand enrichissement sur tous les plans: culturel, linguistique, humain… Je suis partie un an…mais je serais bien restée plus longtemps! Mais toutes les bonnes choses ont une fin. J’en garde un merveilleux souvenir. Je conseille cette expérience à tous ceux qui aiment voyager, rencontrer de nouvelles personnes et découvrir une culture!

Lorsque je suis rentrée en France, j’ai commencé à préparer le CAPES. Préparer ce concours à Pau a été une grande chance. En effet, nous étions peu nombreuses et pouvions donc, en plus des cours théoriques, nous entraîner plusieurs fois à l’écrit et à l’oral. Les professeurs étaient très disponibles et nous communiquions facilement avec eux lors des cours mais aussi par courriels. Ils étaient à l’écoute et nous ont apporté tout le soutien dont nous avions besoin. Dans notre promotion, il n’y avait pas la mentalité « concours »…Au contraire, on était comme une petite famille et on s’aidait beaucoup. Préparer un concours en effectif réduit a été une chance. Pas de compétition quotidienne, pas de pression entre nous. Juste du soutien, du travail en commun et de l’amitié. Nous avons toutes réussi le CAPES. Je ne regrette pas d’avoir préparé le CAPES à Pau. Cela n’aurait pas été pareil dans une plus grande université.

J’ai passé six ans à Pau et j’en suis ravie. Apprendre, s’enrichir dans un cadre convivial, voire familial, il n’y a rien de mieux. Mes années à la fac de lettres, je ne les oublierai pas. Et je sais que j’y repenserai toujours avec une certaine nostalgie…