Marion

  • Aide
  • Recherche
  • RSS
  • Google +
  • Facebook
  • Twitter
UFR Lettres, langues, sciences humaines, sport

Contacts Lettres

UFR LLSH - dép. Lettres Classiques et Modernes

Av. du Doyen Poplawski BP 1160

64013 PAU Université Cedex

 

HORAIRES

Du lundi au vendredi de 9h à 12h30 et de 13h30 à 15h30

lettres.modernes-classiques@univ-pau.fr (lettres.modernes-classiques @ univ-pau.fr)

 

Tél : 05 59 40 73 17

Fax : 05 59 40 79 50

PDF
Vous êtes ici :

Lettres modernes : MarionÊtre étudiant à l'UPPA, c'est aussi avoir la possibilité de partir à l'étranger

 

J’ai eu l’immense chance de participer à un programme d’échange pendant mes années universitaires : Erasmus. En effet, je suis partie tout au long de ma troisième année de licence de Lettres Modernes dans le cadre de cet échange avec l’université espagnole de Saragosse. À la base, je n’étais partie que pour un semestre que j’ai finalement demandé à renouveler afin de pouvoir poursuivre certains cours à l’année qui pourraient me servir pour la suite de mes études en Master Recherche.

En plus d’être immergés continuellement dans une langue qui n’est pas la nôtre, grâce à ces échanges nous avons la possibilité de rencontrer plus facilement des personnes de toute nationalité et de tout domaine universitaire. Du point de vue des études, ce que je retiens particulièrement, c’est le fait d’avoir pu choisir des matières de sciences humaines (comme l’histoire, l’histoire des langues, l’histoire des arts) qui sont venues compléter ma formation de littéraire et m’ouvrir de nouvelles perspectives pour mes recherches l’année suivante, sans perdre de vue le programme initial de L3 que nous poursuivons à l’UPPA.

Si vous vous posez encore des questions pour partir en Erasmus, la réponse est certainement oui. Je n’ai connu que peu de personnes à qui cette expérience n’a pas réussi et pour ma part, je m’en souviendrai certainement toute ma vie. Humainement, je suis convaincue qu’il s’agit d’une expérience incontournable, une opportunité à ne surtout pas laisser passer ! Certains penseront « Erasmus, c’est la fête, on y va pour prendre une année sabbatique. » Ce à quoi je répondrai par un non catégorique, ou encore « A quoi ça sert d’étudier une langue vivante en faisant de la littérature française ? », cela sert à s’enrichir. On peut très bien être passionné de littérature française sans pour autant ne s’intéresser qu’à ça. La richesse n’est-elle pas dans la diversité des compétences ? Chacun envisage ses expériences comme il le souhaite dans la vie, je ne nierai pas qu’on profite bien d’une année Erasmus mais profiter c’est aussi se fondre dans une nouvelle culture avec de nouvelles personnes – dont les coutumes sont parfois étonnamment différentes des nôtres, alors que nous sommes si proches géographiquement –, c’est voyager, s’ouvrir l’esprit, mûrir. C’est encore une nouvelle expérience universitaire dans laquelle les méthodes utilisées différent beaucoup des méthodes auxquelles nous sommes habitués. Ainsi, cela requiert une capacité d’adaptation de la part des étudiants qui, de cette manière, découvrent un système éducatif qui ne leur est pas forcément familier.

Si je parle plus spécifiquement de Saragosse, il faut que j’emploie le terme de coup de foudre. Je dirais tout d’abord que c’est une grande ville très agréable, avec des habitants accueillants et chaleureux. Bien qu’elle fasse partie des plus grandes villes d’Espagne, elle reste à échelle humaine. Tout, ou presque, est faisable à pieds. De plus, la ville est bien aménagée puisqu’elle a de nombreux transports en commun, un aéroport, un immense parc près du centre ville. Elle se situe près des Pyrénées et sur un grand axe entre Madrid et Barcelone. Il est donc facile de s’occuper dans cette ville. Pour les amateurs d’histoire et d’architecture, le cœur de cette ville a été fondé par différentes civilisations successives (romaine, musulmane et catholique) ayant toutes laissé des empreintes de leur passage.

Je terminerai simplement en disant qu’Erasmus m’a permis de réaliser un de mes rêves, vivre un certain laps de temps en Espagne, et je dois avouer que l’expérience a surpassé mes espérances. À tel point que j’ai poursuivi ma formation à l’UPPA en master tout en vivant et étudiant à l’Université de Saragosse une année de plus dans le cadre d’un autre échange (transfrontalier).